> National
2012/07/05 19:21 KST
(2e LD) Scandale de l'accord militaire avec le Japon : démission d'un conseiller de Lee


SEOUL, 05 juil. (Yonhap) -- Kim Tae-hyo, secrétaire en chef du président Lee Myung-bak pour les affaires étrangères et la sécurité nationale, a présenté ce jeudi sa démission afin d'assumer sa responsabilité dans le scandale lié au processus de ratification d'un traité militaire historique entre Séoul et Tokyo, a fait savoir le bureau présidentiel.

  
Kim avait été mis en cause dans la mauvaise gestion de cet accord de partage d’informations militaires, suite aux révélations selon lesquelles le gouvernement sud-coréen avait approuvé en secret ce traité avec l'ancien colonisateur de la péninsule coréenne.

  
Proche collaborateur du président, Kim a donc manifesté aujourd'hui son intention de démissionner, lors d’une réunion en tête-à-tête avec Lee qui devrait probablement accepter cette offre, a indiqué le porte-parole du bureau présidentiel, Park Jeong-ha.

  
Park a cependant écarté les demandes de l’opposition concernant le renvoi de hauts fonctionnaires tels que le Premier ministre Kim Hwang-sik et le ministre des Affaires étrangères Kim Sung-hwan, affirmant que ces derniers ne devaient pas être tenus pour responsables dans cette affaire. Le porte-parole a par ailleurs ajouté que l’enquête du gourvernement sur la gestion du traité se poursuivrait, indépendamment de la démission de Kim.

  
Bien que Kim soit placé sous la responsabilité du secrétaire principal du bureau présidentiel pour les questions relatives aux affaires étrangères et à la sécurité nationale, on le soupçonne fortement d’avoir exercé son influence bien au-delà de ce périmètre, en tant qu’éminence grise du président pour les politiques extérieures.

  
En janvier dernier, Kim avait été promu par Lee qui lui avait créé un poste sur mesure, un geste considéré comme une marque de confiance.

   catherine@yna.co.kr
(FIN)