> National
2012/06/03 14:56 KST
La gratuité des garderies présente un risque psychologique pour la société



SEOUL, 03 juin (Yonhap) -- La décision du gouvernement sud-coréen de rendre gratuits les services de garderie pour les enfants de moins de 24 mois pourrait avoir un fort impact négatif sur la société, ont averti ce dimanche des experts, le taux de mise en garderie ayant atteint 50,5% en 2009 en Corée du Sud alors que seules 29,9% des mères sud-coréennes exercent une activité professionnelle.

  
Parmi les membres de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), le Sud arrive en troisième en ce qui concerne le taux de placement en garderie d'enfants de moins de deux ans, derrière le Danemark avec 83% et la Suède avec 66%, le pourcentage de mères qui travaillent étant respectivement de 72% et 76,5% pour les deux pays nordiques.

  
Le Sud a depuis longtemps dépassé le taux de placement en garderie de 30% recommandé par l’OCDE pour les enfants de moins de deux ans et les experts préviennent que la gratuité des services de garderie décidée par le gouvernement risque de favoriser la montée en flèche de ce taux déjà élevé.

  
Faisant fi de la critique du grand public vis-à-vis des politiques populistes, le gouvernement a présenté son programme dit Nuri consistant à offrir des services de garderie gratuits pour tous les enfants de cinq ans et la gratuité de la crèche pour les enfants de moins de 24 mois à partir de cette année. Ce programme prévoit également des subventions pour la garde d'enfants de trois à quatre ans à partir de 2013, indépendamment des revenus des foyers.

  
Cette politique sociale populiste intervient au moment où la Corée du Sud se prépare à élire son nouveau président au mois de décembre.

  
«Les enfants peuvent découvrir le monde grâce à l'échange et aux soins maternels. L'échange qui se crée à partir de l’affection maternelle peut être à l’origine de la capacité des enfants à faire face à la réalité et aux frustrations», a expliqué Ahn Myoung-hee, professeur de psychologie à l’université de Sogang, soulignant l’importance pour les enfants d'être gardés par leur mère.

  
Selon les experts, un nombre croissant de mères sud-coréennes devrait opter pour le programme de subventions aux services de garderie, indépendamment de leur situation professionnelle et de leurs revenus, augmentant ainsi les risques psychologiques pour la société coréenne.

   catherine@yna.co.kr
(FIN)