2018/01/31 21:04 KST

Article View Option

(Interview Yonhap) Le président du CIO espère voir jouer l'équipe coréenne unifiée de hockey, en toute neutralité

PYEONGCHANG, Corée du Sud, 31 jan. (Yonhap) -- Le président du Comité international olympique (CIO) Thomas Bach n'est pas seulement l'une des personnalités les plus influentes du monde du sport, il est aussi fin diplomate.

Bach a joué un rôle déterminant dans la création de l'équipe féminine conjointe de hockey sur glace entre la Corée du Sud et la Corée du Nord aux prochains Jeux olympiques d'hiver de PyeongChang. Les deux Corées ont d'abord conclu un accord bilatéral sur l'équipe unifiée puis Bach a présidé le 20 janvier une réunion au siège du CIO à Lausanne, en Suisse, pour approuver l'accord.

L'accord a donné lieu à une situation sans précédent, 12 Nord-Coréennes rejoignant les 23 joueuses sud-coréennes. Les deux Corées n'ont jamais formé une seule et même équipe aux Jeux Olympiques.

Les hockeyeuses joueront leur premier match contre la Suisse à 21h10 le 10 février au Centre de hockey Kwandong à Gangneung, à l'est de PyeongChang, un jour après la cérémonie d'ouverture. Bach a dit qu'il espère assister au match.

«J'espère pouvoir voir le premier match de l'équipe unifiée contre la Suisse», a déclaré le chef du CIO dans une interview accordée mercredi à l'agence de presse Yonhap, à PyeongChang. «Mon bureau travaille pour que cela se fasse. J'espère qu'ils aboutiront à un résultat positif.»

Le président du Comité international olympique (CIO) Thomas Bach parle à l'agence de presse Yonhap ce mercredi 31 janvier 2018 à PyeongChang.
Le président du Comité international olympique (CIO) Thomas Bach parle à l'agence de presse Yonhap ce mercredi 31 janvier 2018 à PyeongChang.

L'équipe conjointe jouera sous le nom de «Corée» et portera un uniforme décoré du Drapeau de l'unification coréenne, figurant la péninsule coréenne en bleu sur fond blanc.

A la question de savoir s'il agitera le drapeau de l'équipe suisse, Bach a répondu en souriant qu' «encourager une équipe, cela peut causer quelques problèmes en Suisse». «La Suisse étant le pays hôte du CIO, je pense que j'aurais à bien me comporter.»

La président du CIO a également félicité les hockeyeuses sud et nord-coréennes d'avoir fait l'effort de se rassembler après qu'on leur a demandé de s'entraîner ensemble si près du début des Jeux olympiques. Bach a dit être au courant qu'une fête d'anniversaire a été organisée lundi par l'équipe unifiée pour l'anniversaire d'une hockeyeuse nord-coréenne, Jin Ok.

«C'est exactement ce que représentent les Jeux olympiques et l'esprit olympique», a-t-il déclaré. «Il y a peut-être eu du scepticisme entre les joueuses (sud et nord-coréennes) au début. Les joueuses de Corée du Nord sont arrivées et elles ont appris à se connaître. Elles se sont entraînées ensemble, et, quelques jours plus tard, elles fêtaient un anniversaire. Si quelqu'un vous demande: "Qu'est-ce que l'esprit olympique?" Ç'est ça.»

Bach, qui est né en Allemagne de l'Ouest avant l'unification des deux Allemagnes, a longuement adressé la réponse mitigée en Corée du Sud à l'équipe de hockey conjointe et à la marche conjointe entre les deux Corées à la cérémonie d'ouverture des Jeux olympiques de PyeongChang.

Certains pensent que des joueuses sud-coréennes ont dû injustement céder leur place aux Nord-Coréennes. D'autres ont émis des réserves quant à une marche commune derrière le Drapeau de l'unification coréenne, et non derrière le drapeau national sud-coréen.

Bach a souligné que le monde anticipe «ce puissant message de paix que peut envoyer la marche conjointe». Puis, parlant de son expérience personnelle de grandir comme athlète dans l'Allemagne autrefois divisée, le chef du CIO a rappelé que les équipes olympiques allemandes conjointes ne plaisaient pas non plus à tout le monde.

Bach a remporté une médaille d'or par équipe en fleuret masculin pour l'Allemagne de l'Ouest aux Jeux olympiques de 1976.

«Dans un pays divisé, une partie de la population a seulement connu le pays divisé et n'a pas fait l'expérience d'une nation commune», a-t-il dit. «Vous devez expliquer et vous devez regarder vers l'avenir. Vous devez mettre les choses en perspective par rapport au développement global du monde. Vous ne pouvez pas vous attendre à un soutien total dès le début.»

Le représentant du CIO a également déclaré que son organisation continuera à coopérer avec les deux Corées afin que la coopération sportive intercoréenne aille au-delà des Jeux olympiques de PyeongChang.

«Nous sommes également là pour construire des ponts entre les gens et leur permettre de se connaître», a-t-il dit. «L'expérience montre que lorsque les gens se connaissent, ils peuvent devenir amis. Ils peuvent alors se comprendre beaucoup mieux et, grâce au dialogue, peuvent trouver des solutions pacifiques.»

Lors des entretiens avec les deux Corées à Lausanne, Bach a été invité par la Corée du Nord à visiter le pays et celui-ci n'a pas exclu de s'y rendre.

«J'ai été très heureux que les autres participants à cette réunion se soient félicités de cette invitation», a-t-il expliqué. «L'invitation mentionnait une date à convenir. Nous allons maintenant discuter avec le Comité national olympique (de Corée du Nord) de ce que cette date pourrait être.»

Les JO de PyeongChang 2018 seront les troisièmes olympiades de Bach depuis sa nomination en tant que président du CIO en 2013. Les deux précédents Jeux olympiques, Sotchi 2014 et Rio 2016, ont tous deux été confrontés à des «éléphants blancs», ces sites olympiques vides laissés largement inutilisés malgré les grands investissements qu'ils ont nécessités.

Bach a reconnu que planifier l'avenir des sites de PyeongChang après les Jeux olympiques a été l'un des principaux problèmes auxquels la Commission de coordination du CIO a été confrontée.

«Un certain nombre de ces plans ont été conçus, mais il reste encore du travail à faire», a déclaré Bach.

Le chef du CIO a choisi de voir le bon côté des choses, notant que les appartements construits pour loger les athlètes ont tous été vendus pour abriter des résidents après les Jeux olympiques.

«C'est un signal très positif et c'est encourageant pour les projets sur l'avenir des installations sportives», a estimé Bach. «Si les gens achètent des appartements, cela signifie qu'ils viennent ici et qu'ils vont utiliser les installations.»

Dans l'ensemble, les préparatifs des Jeux olympiques se «déroulent très bien», a-t-il assuré.

«A l'heure actuelle, la situation est vraiment excellente», a déclaré Bach. «Il n'y a pas de grande difficulté en ce moment.»

mathieu@yna.co.kr

(FIN)