2017/10/20 11:28 KST

Article View Option

(Interview Yonhap) Gallucci : Washington et Pyongyang doivent tenir des pourparlers «sans conditions préalables»

SEOUL, 20 oct. (Yonhap) -- Robert Gallucci, un ancien négociateur nucléaire américain, a appelé hier les Etats-Unis et la Corée du Nord à tenir des pourparlers de haut niveau «sans conditions préalables». Dans une interview accordée à l’agence de presse Yonhap, il a également enjoint l’administration Donald Trump à ne pas répondre à la rhétorique belliqueuse du Nord par des mots «encore plus provocateurs».

L’ancien officiel a souligné la nécessité de «s’asseoir et discuter» afin de sonder les intentions réelles de chacun et d’évoquer ce à quoi ressemblerait un dialogue durable.

Il pourrait être notamment question d’un accord stipulant que, pendant ces pourparlers, Pyongyang interrompe ses essais nucléaires et balistiques, et que, de leur côté, Séoul et Washington suspendent leurs exercices militaires conjoints. Des manœuvres que le régime de Kim Jong-un dénonce continuellement comme étant une répétition d’invasion, a-t-il rappelé.

L'ancien négociateur nucléaire américain le jeudi 19 octobre 2017 à Séoul.
Robert Gallucci

L'ancien négociateur nucléaire américain le jeudi 19 octobre 2017 à Séoul.

Gallucci, qui a négocié un accord de gel nucléaire avec le royaume ermite en 1994, est actuellement président de l’U.S.-Korea Institute de la Johns Hopkins School of Advanced International Studies à Washington. Sa visite en Corée du Sud intervient dans un contexte de tensions accrues entre les Etats-Unis et la Corée du Nord, chacun employant une rhétorique belliqueuse et menaçant d’actions militaires.

Gallucci a appelé à la retenue en prévenant qu’une guerre des mots n’aiderait pas à améliorer ce climat délétère.

En ce qui concerne l'appel de Washington pour que d'autres nations coupent leurs liens avec la Corée du Nord, l’ex-négociateur nucléaire a soulevé des doutes quant à son impact sur le Nord pour l'amener à la table des négociations. «Les sanctions ne sont pas un objectif, les sanctions sont un outil», a-t-il précisé.

Gallucci a également déclaré que la Corée du Sud pourrait prendre l'initiative de traiter avec son turbulent voisin si elle souhaitait engager des négociations dans des domaines économique et politique qui, selon lui, permettraient à Séoul de bénéficier d’une position avantageuse.

Plus tôt dans la semaine, il a rencontré le président Moon Jae-in à Séoul pour discuter des moyens de résoudre pacifiquement l’épineux dossier nucléaire nord-coréen. «Vous pouvez tisser des liens économiques et politiques que personne d'autre ne peut avoir», a déclaré Gallucci pendant cet entretien. «Clairement, le développement économique en Corée du Nord est un des buts de Kim Jong-un. La Corée du Sud est un géant économique. (Je pense que) vous pouvez beaucoup l'aider.»

lp@yna.co.kr

(FIN)