2017/08/23 11:47 KST

Article View Option

(Interview Yonhap) Président du Parlement bulgare : Sofia jouera un rôle plus actif pour la paix sur la péninsule coréenne

Le président parlementaire de la Bulgarie Dimitar Borisov Glavchev accorde une interview à l'agence de presse Yonhap le mardi 22 août 2017 à l'hôtel Lotte, dans le centre de Séoul.
Interview du président du Parlement bulgare

Le président parlementaire de la Bulgarie Dimitar Borisov Glavchev accorde une interview à l'agence de presse Yonhap le mardi 22 août 2017 à l'hôtel Lotte, dans le centre de Séoul.

SEOUL, 23 août (Yonhap) -- Le président du Parlement bulgare Dimitar Borisov Glavchev a déclaré que Sofia jouerait un rôle plus actif pour promouvoir la paix sur la péninsule coréenne lorsqu’il assurera la présidence tournante de l’Union européenne (UE) l’année prochaine.

Lors d’une interview accordée hier à l’agence de presse Yonhap, le président de l’Assemblée nationale bulgare, a fait part également de son soutien au dialogue intercoréen en vue de rechercher une résolution diplomatique à l’impasse nucléaire.

«Lorsque nous assurerons la présidence tournante, nous représenterons l’UE à Séoul et aussi à Pyongyang (à travers les ambassades de Bulgarie dans les deux capitales)», a fait remarquer Glavchev en faisant référence à sa présidence de six mois au Conseil de l’UE qui débutera en janvier prochain.

«Nous jouerons un rôle très important pour promouvoir une solution pacifique à travers la diplomatie», a-t-il ajouté.

Glavchev est arrivé lundi à Séoul dans le cadre d’une visite de trois jours destinée à discuter avec des hommes politiques et d’affaires sud-coréens des moyens de consolider les liens entre les deux pays en vertu de l’accord conclu entre leurs chefs d'Etat en 2015 en vue d'améliorer les relations bilatérales en un «partenariat global et orienté vers le futur».

Sa visite intervient sur fond de tensions élevées suite aux deux tirs d’essai de missiles balistiques de portée intercontinentale nord-coréens du mois dernier et aux récents échanges de rhétoriques belliqueuses entre Pyongyang et Washington.

En qualifiant les menaces nord-coréennes de «très perturbatrices», Glavchev a noté que la Bulgarie mettait en œuvre pleinement les sanctions du Conseil de sécurité des Nations unies ainsi que les mesures unilatérales mises en places par l’UE pour faire pression sur le régime pour qu’il cesse ses provocations et œuvre à la dénucléarisation.

Dans le cadre des sanctions internationales, la Bulgarie a réduit le personnel diplomatique nord-coréen à deux personnes, un diplomate et un technicien, en mars dernier, a-t-il souligné.

Le pays de l’Europe de l’Est, qui a fait partie du bloc communiste, maintient des relations diplomatiques avec le Nord depuis le milieu des années 50, après la guerre de Corée, mais Glavchev a souligné la ferme opposition du gouvernement bulgare aux activités déstabilisatrices de Pyongyang.

«Nous nous attendons à un monde plus sûr, où les pays coopèrent et ne s’affrontent pas l’un contre l’autre», a-t-il noté.

«La Bulgarie a une position très ferme sur la dénucléarisation de la péninsule coréenne. Nous souhaitons aussi voir la paix et la stabilité s’établir dans cette région.»

Glavchev a en outre réaffirmé la position de Sofia selon laquelle Pyongyang doit revenir au Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires (TNP).

«Nous avons une position très ferme sur la non-prolifération des armes nucléaires et la préservation des droits de l’Homme», a-t-il noté.

A propos des relations économiques avec la Corée du Sud, le président parlementaire a fait part de son souhait de voir la coopération bilatérale se renforcer dans divers domaines tels que les technologies de l’information et de la communication, les infrastructures, l’agriculture, le tourisme, le commerce de viande, les logiciels et l’ingénierie mécanique.

En particulier, il a souligné que les deux pays devaient pleinement tirer profit de l’accord de libre-échange Corée du Sud-UE, qui est entré en vigueur en 2011, pour accroître le commerce bilatéral et les investissements.

«Notre pays cherche à améliorer le commerce entre les deux pays. Jusqu’à présent, le volume commercial que nous avons, je pense, n’est pas à la hauteur du potentiel que les deux pays possèdent», a-t-il fait remarquer. «Bien sûr, nous souhaitons que de nombreuses entreprises (coréennes) viennent en Bulgarie et des entreprises bulgares aillent en Corée.»

Le commerce entre la Corée du Sud et la Bulgarie s’est élevé à 236,7 millions de dollars l’année dernière, selon l’Association coréenne du commerce international (KITA).

lsr@yna.co.kr

(FIN)