2017/05/31 15:29 KST

Article View Option

(Interview Yonhap) Conservateur général du SeMA à l’inauguration de la collection Cartier à Séoul

Le conservateur général du musée d'art de la ville de Séoul lors d'une interview accordée le 30 mai 2017.
Peik Ki-young

Le conservateur général du musée d'art de la ville de Séoul lors d'une interview accordée le 30 mai 2017.

SEOUL, 31 mai (Yonhap) -- A l’inauguration de la collection de la Fondation Cartier pour l’art contemporain à Séoul en collaboration avec le musée d'art de Séoul, le conservateur général du musée Peik Ki-young a noté qu'il s'agit d'une exposition où l’on peut voir «la partie des œuvres la plus limpide» parmi les expositions organisées par la fondation française.

Dans une interview accordée à l’agence Yonhap le 30 mai, le jour inaugural de cette exposition exceptionnelle, Peik a confié que «c’est une première exposition à l’étranger des œuvres de la collection de la fondation», «nous avons sélectionné ensemble la partie des œuvres la plus limpide parmi les expositions organisées par la fondation française depuis son inauguration en 1984, plus de 30 ans d’histoire.»

Peik a expliqué que «la sélection se fait à travers une réflexion sur les œuvres remarquables de la fondation et par une recherche sur les artistes qui ont travaillé aux expositions précédentes de la fondation. Nous avons ainsi choisi les œuvres qui correspondent au terme ‘‘Highlights’’ (points forts)».

Une dizaine d'artistes présents à la conférence de presse sur la collection de la Fondation Cartier à Séoul, le 30 mai 2017 au musée d'art de la ville de Séoul.
Conférence de presse

Une dizaine d'artistes présents à la conférence de presse sur la collection de la Fondation Cartier à Séoul, le 30 mai 2017 au musée d'art de la ville de Séoul.

Quant aux liens avec la Fondation Cartier, le conservateur général du SeMA a expliqué que «c’est la fondation qui a cherché son partenaire en Corée du Sud pour organiser l’exposition itinérante à l’étranger de la collection et le fait que notre musée a monté plusieurs projets qui relient entre eux les sujets interdisciplinaires, transfrontaliers des classes démunies, de la femme, de la culture populaire et d'univers qui n’attirent pas tellement l’attention, a rendu possible cette belle collaboration».

«De notre côté, nos idées comportent beaucoup de similitudes avec celles de la fondation française qui a également une trentaine d’années d’histoire comme nous. La Fondation Cartier organise des résidences d'artistes depuis une dizaine d’années et ses programmations récentes démontrent bien qu’elle a résolu des questions artistiques et académiques et les a rendues accessibles au public», a-t-il ajouté.

Concernant le choix d'un partenariat avec une fondation créée par une entreprise privée, Peik a répondu que «nous avons hésité au début de former un partenariat avec la Fondation Cartier parce que c’est une fondation créée par une marque de luxe. Nous avons eu plusieurs partenariats avec des entreprises mais ces entités privées ont une logique différente de celle d'une institution publique».

Takeshi Kitano, The Animal and Flower Vases (2010), painted ceramic by Cleto and Alessandro Munari, variable dimensions, Donation of the artist (2010) © Office Kitano Inc, Photo © André Morin
The Animal and Flower Vases

Takeshi Kitano, The Animal and Flower Vases (2010), painted ceramic by Cleto and Alessandro Munari, variable dimensions, Donation of the artist (2010) © Office Kitano Inc, Photo © André Morin

«Mais la Fondation Cartier était différente puisqu’elle accorde beaucoup d’importance aux rencontres avec les artistes comme lors du voyage en Corée d’un groupe d’artistes participant à l’exposition. La fondation a voulu donner la parole à tous les artistes lors de la conférence de presse d’aujourd’hui. Je pense que la fondation française accorde vraiment de l’importance à l’esprit d’expérimentation des artistes et au développement conjoint avec eux», a dit le conservateur général du SeMA.

«L’entrée gratuite est aussi significative, la Fondation Cartier n’a pas voulu tirer un bénéfice de cette exposition. Je crois que le réseau international que détient la fondation et la diversité des sujets et des thèmes de la collection donneront un impact significatif au milieu artistique et culturel coréen», a-t-il confié à Yonhap.

L’exposition de la collection de la Fondation Cartier pour l’art contemporain se déroule au site principal du SeMA au centre ville de Séoul, près du palais royal Deoksu, jusqu’au 15 août. La prochaine tournée en Asie aura lieu à Shanghai en Chine en avril 2018.

Le conservateur général du musée d'art de la ville de Séoul lors d'une interview accordée le 30 mai 2017.

Le conservateur général du musée d'art de la ville de Séoul lors d'une interview accordée le 30 mai 2017.
Peik Ki-young

Le conservateur général du musée d'art de la ville de Séoul lors d'une interview accordée le 30 mai 2017.

Highlights, exposition de la collection de la Fondation Cartier à Séoul.
Affiche

Highlights, exposition de la collection de la Fondation Cartier à Séoul.

Oh Jeong-hun

(FIN)