SNS Share
Article View Option

2017/03/04 05:30 KST

Kim Jong-un aurait tué son demi-frère pour consolider son statut, selon un transfuge nord-coréen

SEOUL, 04 mars (Yonhap) -- Le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un aurait fait assassiner son demi-frère Kim Jong-nam pour consolider son statut d'héritier du pouvoir, sa naissance étant une faiblesse dans sa quête de légitimité, a estimé ce samedi le transfuge nord-coréen Thae Yong-ho.

Thae Yong-ho, ancien haut placé de l'ambassade nord-coréenne au Royaume-Uni, a déclaré que Kim Jong-un ne semble partager aucune «affinité» avec Kim Jong-nam, ce qui lui a permis de le tuer de façon audacieuse.

Kim Jong-un a passé son adolescence en Suisse avec son frère aîné et sa jeune sœur de la même mère, son père ayant voulu cacher l'existence de ses enfants nés de Ko Yong-hui, une coréenne résidant au Japon.

«Kim Jong-un est comme quelqu'un tombé soudainement du ciel. Il n'avait pas d'attachement ou n'avait pas tissé de relations avec les autres membres de la famille», a déclaré Thae à l'agence de presse Yonhap.

Dans une société patriarcale comme la Corée du Nord, le fils aîné est considéré comme le successeur. Cependant Kim Jong-un a hérité du pouvoir alors qu'il est le troisième fils de Kim Jong-il.

Pour Kim Jong-un, ceci menace la légitimité de son pouvoir, tout comme les origines de sa mère. Les résidents coréens au Japon sont considérés comme étant «de basse classe» en Corée du Nord.

«Pour Kim Jong-un, il était important d'éliminer Kim Jong-nam, celui-ci désirant renforcer le culte de sa personnalité, comme provenant de ladite lignée du mont Paektu», a déclaré Thae.

Kim Jong-nam était lui aussi né d'une relation hors mariage, de Kim Jong-il avec Song Hye-rim, une actrice sud-coréenne morte à Moscou en 2002. Elle avait divorcé pour vivre avec Kim Jong-il.

«La Corée du Nord n'hésite pas à éliminer tout ce qui menace l’autoritarisme absolu», a ajouté Thae, qui pense que le ministère de la Sécurité de l’État, qui fait office d'agence du renseignement en Corée du Nord, a planifié l'assassinat. «Les attaques terroristes contre les étrangers ou les Sud-Coréens à l'étranger proviennent généralement du Bureau de reconnaissance nord-coréen», a expliqué Thae. «Mais le ministère de la Sécurité de l’État s'occupe des incidents impliquant les Nord-Coréens à l'étranger.»

L'ancien diplomate nord-coréen a par ailleurs ajouté que Pyongyang pourrait mener un nouvel essai nucléaire ou effectuer un tir d'essai de missile balistique intercontinental autour de l'anniversaire du fondateur du pays Kim Il-sung le mois prochain. La Corée du Nord fêtera le 15 avril le 105e anniversaire de la naissance de son premier dirigeant. «La Corée du Nord est cernée après l'assassinat de Kim et l'utilisation d'une arme chimique interdite et les exercices militaires conjoints entre Séoul et Washington», a dit Thae. «Pyongyang pourrait mener des actes de provocation de grande envergure vers la date de l'anniversaire.»

mathieu@yna.co.kr

(FIN)