SNS Share
Article View Option

2016/12/02 09:07 KST

(Interview Yonhap) L’ambassadeur français appelle la Corée à se mobiliser pour la protection du patrimoine en péril

SEOUL, 02 déc. (Yonhap) -- Du 2 au 3 décembre à Abu Dhabi aux Emirats arabes unis (EAU), une conférence internationale sur la protection du patrimoine en péril se déroulera à l’initiative de la France et une quarantaine d’Etats y participeront afin de trouver des moyens de protéger leur patrimoine en danger en raison notamment de conflits armés.

Ce rassemblement sur le sujet de la protection du patrimoine a été initié lors du sommet du G7 à Ise-Shima au Japon en mai 2016 par le président français François Hollande. Il se déroulera à partir d’aujourd’hui en parallèle de l’ouverture du musée du Louvre Abu Dhabi qui offrira des expositions permanentes réparties dans 23 galeries autour de 12 thèmes historiques, sociaux et culturels.

L'ambassadeur de France en Corée lors de la cérémonie d'ouverture de l'année de la France en Corée, à Séoul en 2016 (Photo d'archives)
Fabien Penone

L'ambassadeur de France en Corée lors de la cérémonie d'ouverture de l'année de la France en Corée, à Séoul en 2016 (Photo d'archives)

Dans une interview accordée à l’agence Yonhap à cette occasion, l’ambassadeur de France en Corée, Fabien Penone, a noté jeudi que «la Corée, 11e puissance économique mondiale et acteur global sur la scène internationale, a un rôle important à jouer en matière de protection du patrimoine en péril».

L’ambassadeur a précisé l’objectif en deux volets de cette conférence : «la création d’un fonds international pour la protection du patrimoine en danger dans les zones en conflit» d’un montant de 100 millions de dollars et «la mise en place d’un réseau international de refuges de biens culturels».

Pour promouvoir la coopération internationale sur le sujet des patrimoines, l’ancien ministre français de la Culture Jack Lang, chargé de cette conférence internationale à Abu Dhabi, a fait un déplacement en Corée du Sud le 7 novembre dernier afin d’expliquer aux autorités sud-coréennes les enjeux et l’urgence de protéger les patrimoines menacés. «La mobilisation de la Corée est essentielle, tant du point de vue politique que financier», a souligné l’ambassadeur.

La notion de refuges de biens culturels s’explique par l’idée de donner un «droit d’asile pour les œuvres» comme pour les réfugiés de conflits armés, notamment en Syrie. Le Parlement français a même voté un «amendement Palmyre» en référence au patrimoine détruit en Syrie qui a pour objectif de créer des «refuges» pour les biens culturels menacés, en septembre 2015.

Laurent Fabius (au centre), alors ministre des Affaires étrangères, visite le chantier du musée du Louvre Abu Dhabi, le 18 janvier 2016. Ce musée a été conçu par l'architecte français Jean Nouvel (AFP=Yonhap)
Musée du Louvre Abu Dhabi

Laurent Fabius (au centre), alors ministre des Affaires étrangères, visite le chantier du musée du Louvre Abu Dhabi, le 18 janvier 2016. Ce musée a été conçu par l'architecte français Jean Nouvel (AFP=Yonhap)

Avec cet esprit, la France mène des actions d’initiative dans ce domaine du fait de son avancée dans la conservation et la restauration de biens culturels et artistiques et la conférence de deux jours se conclura par la publication d’une «déclaration commune et politique en faveur de la protection du patrimoine en péril», selon les explications de Penone.

«La conférence d’Abu Dhabi va endosser la création d’un fonds international», «qui sera ouvert aux contributeurs publics et privés et sera destiné à soutenir la prévention, l’intervention d’urgence ainsi que l’aide à la reconstruction», «l’objectif est de lever 100 millions de dollars. La France participera à hauteur de 30 millions de dollars», a détaillé l’ambassadeur français à Séoul.

Cette conférence est soutenue particulièrement par le secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon, et cinq Prix Nobel : Aung San Suu Kyi, Kofi Annan, Helen Johnson Sirleaf, Orhan Pamuk et Mario Vargas Llosa.

Les patrimoines souffrant de destructions ou pillages sont nombreux dans le monde comme les Bouddhas de Bâmiyân de Kaboul détruits en mars 2001, le musée de Mossoul en Irak démoli par Daech en février 2015 ou encore la cité de Nimroud en Irak rasée en mars 2015 par Daech aussi pour n’en citer que quelques-uns, selon l’ambassadeur Penone.

Propos recueillis par Oh Jeong-hun

(FIN)