SNS Share
Article View Option

2016/10/13 18:01 KST

(Interview Yonhap) Washington veut ajouter des Nord-Coréens à sa liste sanctionnant les abus des droits de l'Homme

SEOUL, 13 oct. (Yonhap) -- Les États-Unis continueront à envisager l'ajout d'autres responsables nord-coréens à leur liste sanctionnant les abus des droits de l'Homme en Corée du Nord, a fait savoir ce jeudi Robert King, l'envoyé spécial américain sur les droits de l’Homme en Corée du Nord, dans une interview avec l'agence de presse Yonhap.

Les États-Unis ont imposé en juillet, pour la première fois,des sanctions contre le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un suite aux abus dans le pays.

King a indiqué que Washington analyse périodiquement la possibilité d'imposer des sanctions à d'autres personnages du régime nord-coréen, notamment Kim Yo-jong, la jeune sœur de Kim Jong-un.

«Nous continuons à suivre les gens qui sont sur notre liste de sanctions. Nous continuons à collecter des informations pour voir si d'autres noms doivent être ajoutés à la liste», a déclaré l'envoyé américain à l'agence de presse Yonhap. «Si nous obtenons de nouvelles informations, nous ajouterons d'autres personnes.»

Kim Yo-jong est vice-directrice du département de la propagande du Parti du Travail, dont le travail entrave le droit à l'information des Nord-Coréens, selon des analystes.

«Nous continuerons à suivre ce qu'elle fait et ce qui se passe», a ajouté King, qui a estimé que les sanctions imposées par Washington sur le dirigeant nord-coréen feront que les Nord-Coréens s'interrogeront sur la dignité du régime et de sa direction.

Les Nations unies travaillent actuellement à l'élaboration d'une résolution condamnant la situation des droits de l'Homme en Corée du Nord, mise en lumière par un rapport de la commission d'enquête des Nations unies publié en 2014.

Robert King, l'envoyé spécial américain sur les droits de l’Homme en Corée du Nord, pendant son interview avec l'agence de presse Yonhap ce jeudi 13 octobre 2016.
Robert King, l'envoyé spécial américain sur les droits de l’Homme en Corée du Nord, pendant son interview avec l'agence de presse Yonhap ce jeudi 13 octobre 2016.

L'envoyé américain estime qu'il est trop tôt pour savoir à quoi ressemblera la résolution, mais pense qu'il s'agira d'une résolution «mise à jour», reflétant les derniers agissements de Pyongyang dans le domaine des droits humains.

«Nous aurons probablement un projet de résolution dans les prochaines semaines... Il s'agira sans doute d'une mise à jour de la résolution précédente.»

King a assuré que les questions des droits de l'Homme et du nucléaire en Corée du Nord sont distinctes. «Si la Corée du Nord n'avait pas de programme nucléaire, nous nous inquiéterions tout de même de ses antécédents en matière de droits de l'Homme.»

Washington et Séoul tentent d'offrir un plus grand accès à l'information extérieure aux Nord-Coréens, selon King. Le gouvernement américain a soumis un rapport au Congrès définissant une stratégie pour que les Nord-Coréens aient davantage accès à l'information.

«Nous envisageons tout un tas de moyens pour faire pénétrer l'information en Corée du Nord», a expliqué King, citant l'emploi de clés USB et d'émissions radios. «(Les États-Unis et la Corée du Sud) pensent que les gens qui n'ont pas accès à l'information et ne savent pas ce qui se passe sont moins à même d'inciter leur gouvernement à agir de façon positive et de répondre à ce qui se passe vraiment dans le monde.»

mathieu@yna.co.kr

(FIN)