SNS Share
Article View Option

2012/03/19 11:00 KST

(Interview Yonhap) Le président ukrainien souligne la nécessité d'aborder le problème nucléaire nord-coréen au sommet de Séoul

KIEV, Ukraine, 18 mars (Yonhap) -- Le président ukrainien Victor Yanoukovitch a déclaré que le problème nucléaire nord-coréen serait discuté lors du sommet sur la sécurité nucléaire de Séoul prévu pour les 26 et 27 mars auquel il assistera.

  
Lors d’une interview accordée à l’agence de presse Yonhap le 15 mars au palais présidentiel à Kiev, le président ukrainien a affirmé : «Toutes les questions liées à la sécurité nucléaire doivent être abordées lors de ce sommet mais, en particulier, la question de la péninsule coréenne suscite des inquiétudes à l'échelle mondiale.»

«Il est important de commencer les dialogues sur le problème nucléaire nord-coréen et de voir ces dialogues s’orienter vers la prise de conscience pour un changement des visions mondiales (qui mettent l’importance sur la garantie de la sécurité nucléaire plutôt que sur la détention d'armes nucléaires).»

Le chef de l’Etat ukrainien a également noté que dans le cadre de ces dialogues, il serait possible de discuter de la question de la garantie de la sécurité collective à l’égard de la Corée du Nord. Il a expliqué que l’abandon du nucléaire à la manière ukrainienne était difficile à appliquer au cas de la Corée du Nord mais il est envisageable que les puissances voisines garantissent collectivement la sécurité du Nord en échange de son démantèlement nucléaire.

  
«L’Ukraine soutient la paix de la péninsule coréenne et le renforcement de la confiance et est prête à apporter ses soutiens dans ce processus qui n’est pas facile», a ajouté Yanoukovitch.

  
A propos du sommet nucléaire, il a souligné que le sommet était un champ de discussions qui doit être poursuivi et qu’il devait continuer à avoir lieu en se déplaçant d’un continent à un autre. «Tant qu’il y a des menaces contre la sécurité nucléaire, nous ne pouvons jamais être rassurés et cette question doit toujours faire l’objet d’une surveillance sociale de tous les pays.»

Concernant la promesse faite par l’Ukraine lors du sommet nucléaire de Washington en 2010 qui consistait à éliminer 90 kg d’uranium hautement enrichi (UHE) détenus par le pays, Yanoukovitch a précisé que ce projet touchait presque à sa fin. «Ceci dit, comme le pays est l’un des plus grands exportateurs d’équipements de centrale nucléaire qui doit continuer à traiter de l’uranium faiblement enrichi à usage pacifique, l’élimination d’UHE n’est pas une question simple.»

La Corée du Sud et l’Ukraine célèbrent cette année le 20e anniversaire de l’établissement de leurs relations diplomatiques. A ce propos, Yanoukovitch a affiché sa satisfaction en déclarant que les échanges commerciaux bilatéraux ont dépassé l’année dernière les 1,7 milliard de dollars, soit une augmentation de plus de 30% par rapport à l’année précédente.

  
«L’Ukraine est en train de proposer à la Corée du Sud des coopérations dans divers domaines incluant l’agriculture, la construction, la sidérurgie, l’énergie, l’aviation spatiale, les sciences et technologies militaires», a fait remarquer le président, appelant au renforcement des relations bilatérales à l’avenir.

   lsr@yna.co.kr
(FIN)