2018/11/07 13:53 KST

Article View Option

Accentuation du conflit diplomatique entre Séoul et Tokyo autour du travail forcé

(Photo d'archives Yonhap)
Vice-ministre des Affaires étrangères Cho Hyun

(Photo d'archives Yonhap)

SEOUL, 07 nov. (Yonhap) -- Un conflit diplomatique entre la Corée du Sud et le Japon s'est intensifié cette semaine sur fond de forte protestation de Tokyo contre le récent verdict rendu par la justice sud-coréenne sur la question du travail forcé en temps de guerre.

Les deux parties s'accusent ouvertement l'une contre l'autre. Le ministre japonais des Affaires étrangères Taro Kono a exhorté lundi le gouvernement sud-coréen à résoudre le problème lors d'une interview avec Bloomberg News. «C'est évident : ils sont responsables de s'occuper de toutes les revendications de leur peuple. C'est donc ce qu'ils doivent faire», a-t-il déclaré. «C'est ce qui est dans l'accord de 1965.»

Il faisait référence à l'accord bilatéral de 1965 signé entre la Corée du Sud et le Japon pour régler les questions liées à l'époque coloniale (1910-1945).

Il y a environ 14 ans, quatre Sud-Coréens ont intenté une poursuite en dommages et intérêts contre un sidérurgiste japonais pour le travail forcé au cours de la Deuxième Guerre mondiale.

La Cour suprême a reconnu leur droit individuel de demander une indemnisation pour le crime contre l'humanité en temps de guerre.

Elle a ordonné à Nippon Steel & Sumitomo Metal Corp. de verser 100 millions de wons (88.000 dollars) à chacune des victimes.

Le gouvernement sud-coréen a déclaré respecter la décision de justice et promis des efforts pour gérer les relations avec le Japon.

Kono a condamné la position de Séoul. «Il sera difficile pour n'importe quel pays de faire quoi que ce soit avec le gouvernement sud-coréen» s'il annule l'accord en raison du verdict d'un tribunal, a-t-il noté, provoquant l'indignation de Séoul.

Le vice-ministre des Affaires étrangères Cho Hyun a rencontré hier l'ambassadeur du Japon à Séoul, Yasumasa Nagamine, pour transmettre son message.

Le ministère des Affaires étrangères a également publié tard dans la nuit d'hier un communiqué accusant le Japon d'aborder la décision de justice de manières «politique et excessive».

«Notre gouvernement est très inquiet sur le fait que des dirigeants responsables du Japon continuent à faire des remarques pour provoquer un sentiment du public en ignorant la cause fondamentale du problème lié à ce verdict de la Cour suprême», a-t-il souligné.

Le ministère a affirmé que le gouvernement japonais réagissait avec excès à la décision de justice prise de façon indépendante dans une démocratie.

lsr@yna.co.kr

(FIN)