2018/04/09 17:40 KST

Article View Option

Séoul cherche à développer des relations durables avec une Corée du Nord sous sanctions

SEOUL, 09 avr. (Yonhap) -- La Corée du Sud étudie les moyens d'entretenir des relations durables avec une Corée du Nord soumise à des sanctions internationales, a fait savoir ce lundi le ministre de l'Unification Cho Myoung-gyon.

Le président Moon Jae-in et le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un s'apprêtent à tenir un sommet le 27 avril du côté sud du village de la trêve de Panmumjom. Les deux pays devraient parler de la dénucléarisation de la Corée du Nord, d'une paix durable sur la péninsule coréenne et de l'amélioration des relations intercoréennes.

«Une question est l'institutionnalisation des relations intercoréennes. L'autre est ce qui peut être accompli sous le régime de sanctions (pour développer les relations)», a déclaré le ministre, qui a été interrogé sur l'agenda du sommet pour ce qui est des relations intercoréennes.

Les deux Corées ont adopté des déclarations conjointes sur les relations intercoréennes et la réconciliation, qui comprenaient des mesures pour renforcer la coopération économique, quand elles se sont rencontrées lors des précédents sommets tenus à Pyongyang en 2000 et 2007. Cette fois-ci cependant, Séoul ne pourra pas apporter une aide financière à la Corée du Nord, qui est soumise à des sanctions internationales visant à réduire l'influx de devises dans le pays, soupçonnées d'être utilisées pour financer ses programmes nucléaire et balistique.

Le ministre a par ailleurs fait savoir que Kim Yong-chol, un cadre du régime chargé des affaires intercoréennes, semble jouer un rôle important dans les domaines de la diplomatie et du nucléaire en Corée du Nord.

Kim, vice-président du comité central du Parti du Travail de Corée, s'est rendu en Corée du Sud en février à la tête de la délégation de haut niveau pour assister à la cérémonie de clôture des Jeux olympiques d'hiver de PyeongChang. Il a également accompagné Kim Jong-un lors de son dernier voyage en Chine.

Le ministre a ajouté que vu que Kim était assis plus près du dirigeant nord-coréen que les diplomates de haut rang Ri Yong-ho et Ri Su-yong, un vice-président du parti en charge des affaires internationales, son influence semble dépasser les affaires intercoréennes.

mathieu@yna.co.kr

(FIN)