2018/01/08 17:40 KST

Article View Option

Dialogue entre Séoul et Tokyo sur fond de dispute ravivée sur les «femmes de réconfort»

SEOUL, 08 jan. (Yonhap) -- Des officiels de la Corée du Sud et du Japon ont tenu ce lundi leurs premières discussions depuis qu'un groupe de travail du gouvernement a relevé des insuffisances dans l'accord bilatéral signé en 2015 sur l'esclavage sexuel en temps de guerre des femmes coréennes.

Kim Yong-kil, directeur général des affaires de l'Asie du Nord-Est, a rencontré à Séoul Kenji Kanasugi, directeur général des affaires de l'Asie et de l'Océanie, pour discuter de sujets d'intérêt commun.

Le groupe de travail du ministère des Affaires étrangères a conclu fin décembre que l'accord comporte de graves insuffisances et qu'il n'a pas permis de répondre aux doléances des femmes coréennes qui ont été forcées à se prostituer pour le compte de l'armée impériale japonaise pendant la Seconde Guerre mondiale.

L'administration sud-coréenne décidera d'annuler ou non l'accord après de plus amples consultations. Le Japon a exhorté la Corée du Sud à respecter l'accord.

Kim Yong-kil (à gauche) salue son homologue japonais Kenji Kanasugi ce lunid 8 janvier 2018 à Séoul.
Kim Yong-kil (à gauche) salue son homologue japonais Kenji Kanasugi ce lunid 8 janvier 2018 à Séoul.

mathieu@yna.co.kr

(FIN)