2017/12/20 10:03 KST

Article View Option

Les Etats-Unis pointent du doigt la Corée du Nord pour la cyberattaque massive de mai

WASHINGTON, 19 déc. (Yonhap) -- Les Etats-Unis ont accusé aujourd’hui la Corée du Nord d’être à l’origine de la grande cyberattaque qui a touché des centaines de milliers d'ordinateurs à travers le monde en mai dernier.

L'attaque a utilisé le ransomware WannaCry et a frappé des hôpitaux en Grande-Bretagne, ce qui aurait perturbé le système de santé du pays.

«Après une enquête minutieuse, les Etats-Unis attribuent publiquement la vaste attaque WannaCry à la Corée du Nord», a déclaré Thomas Bossert, assistant du président Donald Trump pour la sécurité intérieure et l’antiterrorisme. «Nous ne formulons pas cette allégation à la légère, nous le faisons avec des preuves et nous le faisons avec des partenaires.»

L'annonce a été faite quelques heures après que Bossert a pointé du doigt le régime de Kim Jong-un dans un éditorial du Wall Street Journal hier soir.

Dans un article intitulé «C'est officiel : la Corée du Nord est derrière WannaCry», Bossert a qualifié l'attaque de «lâche, coûteuse et négligente». Citant plus précisément celle visant la Grande-Bretagne, il a déclaré: «Ces perturbations mettent des vies en danger.» Londres avait déjà accusé Pyongyang pour cette cyberattaque.

Aujourd’hui, Bossert a déclaré que l'Australie, le Canada, la Nouvelle-Zélande et le Japon étaient également d'accord avec la conclusion des Etats-Unis et l'ont rejoint en dénonçant la Corée du Nord. Il a félicité les «entreprises partenaires», notamment Microsoft et Facebook, d'avoir agi de leur propre initiative pour perturber les activités des pirates nord-coréens.

«Nous n’avons plus beaucoup de marge de manœuvre ici pour faire pression afin de changer leur comportement», a déclaré le conseiller, affirmant que Trump a utilisé «à peu près tous les leviers», sauf d’affamer le peuple nord-coréen, dans le but de forcer le régime à renoncer à son attitude belliqueuse.

Pourtant, il est important de les désigner et qu’ils se rappellent qu’ils sont responsables. «Je pense que, à ce stade, certains des avantages qui découlent de cette attribution sont de leur faire savoir que nous allons agir pour mettre un terme à leur manière de faire», a-t-il ajouté.

Alors que les rançongiciels sont souvent utilisés pour collecter de l'argent, cela ne semble pas être l'objectif principal du royaume ermite.

«C'est intéressant. Nous ne savons pas vraiment combien d'argent ils ont amassé, mais ils n'ont pas semblé concevoir leur attaque de la même manière que des hackers utilisant intelligemment un ransomware le feraient», a déclaré Bossert.

Les victimes étaient tenues de payer l'argent de la rançon pour déverrouiller leurs ordinateurs, mais une fois qu’il a été révélé que cela ne fonctionnait pas, les paiements ont cessé.

«Je pense que, dans ce cas, il s'agissait d'une attaque irréfléchie et censée causer des ravages et des destructions», a estimé Bossert. «L'argent n’était qu’un avantage accessoire, je ne pense pas qu'ils en aient récolté beaucoup.»

La Corée du Nord est connue pour exploiter divers canaux illicites afin de financer ses programmes nucléaire et balistique. Les tensions sont encore montées d’un cran à la suite de son sixième et plus puissant essai nucléaire en septembre dernier et du lancement récent d'un nouveau missile balistique intercontinental capable de frapper n'importe quelle partie des Etats-Unis.

lp@yna.co.kr

(FIN)