2017/09/29 15:44 KST

Article View Option

Pour le chef de l'AIEA, le 6e essai nucléaire nord-coréen est une «nouvelle menace»

La ministre des Affaires étrangères Kang Kyung-wha et le directeur général de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) Yukiya Amano échangent une poignée de main, le vendredi 29 septembre 2017, au ministère des Affaires étrangères à Séoul, avant leur entretien.
Chef de la diplomatie et directeur général de l'AIEA

La ministre des Affaires étrangères Kang Kyung-wha et le directeur général de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) Yukiya Amano échangent une poignée de main, le vendredi 29 septembre 2017, au ministère des Affaires étrangères à Séoul, avant leur entretien.

SEOUL, 29 sept. (Yonhap) -- Le directeur général de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), Yukiya Amano, a estimé ce vendredi que le dernier essai nucléaire nord-coréen a montré que le pays communiste a réalisé des progrès importants dans son programme nucléaire et constitue désormais un autre niveau de menace pour la communauté internationale.

«Nous ne sommes pas en mesure de déterminer s’il s’agissait ou non d’une bombe à hydrogène», a déclaré à des journalistes Amano à Séoul.

«Il est cependant clair que la puissance (du dernier test) a été beaucoup plus grande que celle des précédents», a-t-il noté. «C’est une nouvelle menace et une menace internationale.»

Pour faire face à cette menace «grave», la communauté internationale doit s’unir, a souligné le directeur général de l’AIEA.

La solution ultime doit être trouvée par les Etats membres des Nations unies mais «l’AIEA est disposée à jouer un rôle si la situation politique nous le permet», a-t-il noté.

L’AIEA surveille actuellement le programme nucléaire nord-coréen et fournit des informations à la communauté internationale sans accès direct dans le pays, a-t-il ajouté.

Amano est arrivé hier en Corée du Sud dans le cadre d’une visite de trois jours pour discuter de la question nord-coréenne et de la coopération de son institution avec Séoul.

Plus tôt dans la journée, la ministre des Affaires étrangères Kang Kyung-wha l’a reçu à son ministère à Séoul.

«Les sujets que vous traitez sont vraiment au centre de nos intérêts et inquiétudes», a déclaré Kang à Amano lors de la réunion avant d’exprimer sa gratitude pour le rôle que l’AIEA joue dans la question nucléaire nord-coréenne.

En guise de réponse, Amano a dit que «votre pays est un partenaire important de l’AIEA et nous sommes très reconnaissants de votre soutien généreux à mon organisation».

Au cours de la réunion, Kang et Amano sont convenus de renforcer la coopération entre la Corée du Sud et l’AIEA pour résoudre la question nord-coréenne. Ils ont tous les deux fait part de leurs «graves inquiétudes» sur le sixième essai nucléaire nord-coréen et les autres provocations à répétition, a fait savoir le ministère.

Amano a noté que l’AIEA a récemment créé une équipe spéciale en charge de la Corée du Nord, baptisée équipe DPRK (Democratic People's Republic of Korea), dans le cadre des efforts pour accroître la capacité de vérification du programme nucléaire nord-coréen. La nouvelle équipe a été lancée en août dernier et est chargée de surveiller le programme nucléaire nord-coréen et de former des inspecteurs, a ajouté le ministère.

Au cours de la réunion, a été également abordé le «rôle important» que l’AIEA a joué dans la conclusion et la mise en œuvre de l’accord historique sur le programme nucléaire iranien. Kang a fait part de son souhait de voir l’organisation partager ses expériences sur l’Iran avec la Corée du Sud comme elles pourraient avoir des implications sur la question nord-coréenne, selon le ministère.

Cette réunion a été aussi l’occasion de réaffirmer l’engagement des deux parties pour la coopération aussi bien sur le dossier nord-coréen que dans le domaine de l’usage pacifique de l’énergie nucléaire, a ajouté le ministère.

lsr@yna.co.kr

(FIN)