2017/09/26 08:49 KST

Article View Option

(2e LD) Les paroles de Trump sont une déclaration de guerre, selon la Corée du Nord

WASHINGTON, 25 sept. (Yonhap) -- Le ministre nord-coréen des Affaires étrangères Ri Yong-ho a estimé ce lundi que le président américain Donald Trump a déclaré la guerre à la Corée du Nord et que Pyongyang se défendra en abattant les bombardiers américains en cas de nécessité.

Trump a déclaré sur Twitter samedi dernier que le régime nord-coréen pourrait bientôt ne plus exister. «C'est clairement une déclaration de guerre car il s'agit de paroles d'un président américain en exercice», a déclaré Ri devant son hôtel à New York.

«Comme les Etats-Unis ont déclaré la guerre, même si des bombardiers stratégiques américains ne survolent pas la Corée du Nord, nous aurons le droit de prendre toutes les mesures d’autodéfense.» Samedi, des bombardiers B-1B ont longé la côte est de la Corée du Nord.

Le ministre nord-coréen des Affaires étrangères, Ri Yong-ho, devant son hôtel à New York, le 25 septembre 2017. (AP=Yonhap)
Ministre nord-coréen

Le ministre nord-coréen des Affaires étrangères, Ri Yong-ho, devant son hôtel à New York, le 25 septembre 2017. (AP=Yonhap)

La semaine dernière, l’escalade des tensions s’est poursuivie entre Washington et Pyongyang après que Trump a menacé de «détruire totalement» la Corée du Nord en cas d’attaque nord-coréenne contre les Etats-Unis ou leurs alliés. Le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un a promis des contre-mesures «du plus haut niveau» et Ri est allé jusqu'à parler de possible test de bombe à hydrogène dans l’océan Pacifique.

A l’assemblée générale de l’ONU, Ri a déclaré qu’une frappe sur le territoire américain était «inévitable» comme Trump a traité Kim de «Little Rocket Man».

«Ces derniers jours, l’ONU et la communauté internationale ont vraiment souhaité que la guerre verbale entre la Corée du Nord et les Etats-Unis ne déboucherait pas sur des actions», a dit le ministre nord-coréen. «Mais le week-end dernier, Trump a fini par déclarer la guerre en répétant que notre régime ne durera pas longtemps.» La charte de l’ONU octroie à tous les Etats membres le droit à l’autodéfense, a-t-il ajouté.

Avant de monter dans une voiture, Ri a affirmé à des journalistes que «toutes les options» seraient envisagées par l’armée nord-coréenne après la «déclaration de guerre» de Trump.

Le ministre nord-coréen des Affaires étrangères, Ri Yong-ho, entouré par la presse devant son hôtel à New York, le 25 septembre 2017 (AFP=Yonhap)
Ri Yong-ho

Le ministre nord-coréen des Affaires étrangères, Ri Yong-ho, entouré par la presse devant son hôtel à New York, le 25 septembre 2017 (AFP=Yonhap)

La Maison-Blanche a rejeté cette accusation. «Nous n’avons pas déclaré la guerre à la Corée du Nord. Franchement, cela est absurde», a dit la porte-parole de la présidence américaine, Sarah Huckabee Sanders, lors d’une conférence de presse.

Le Pentagone a également réagi aux propos de Ri. «Si la Corée du Nord n’arrête pas ses actions de provocation, nous proposerons des options au président pour traiter avec la Corée du Nord», a assuré devant des journalistes le porte-parole du quartier général de la défense américaine, le colonel Robert Manning.

mathieu@yna.co.kr

xb@yna.co.kr

(FIN)