2017/08/07 15:27 KST

Article View Option

(2e LD) Moon et Trump soulignent la nécessité d'exercer des pressions maximales sur la Corée du Nord

Le président sud-coréen Moon Jae-in et le président américain Donald Trump
Le président sud-coréen Moon Jae-in et le président américain Donald Trump

SEOUL, 07 août (Yonhap) -- Le président sud-coréen Moon Jae-in et le président américain Donald Trump ont souligné ce lundi la nécessité d'exercer des pressions maximales sur la Corée du Nord pour inciter Pyongyang à changer de comportement et l'encourager à suivre la «bonne voie», a déclaré ce lundi le porte-parole du bureau présidentiel Cheong Wa Dae, Park Soo-hyun.

«Le président Moon et le président Trump ont partagé leurs préoccupations concernant les capacités nucléaires en évolution de la Corée du Nord et ont convenu d’exercer des pressions maximales et des sanctions contre la Corée du Nord en coopération avec la communauté internationale pour que la Corée du Nord abandonne ses programmes nucléaire et balistique et choisisse la bonne voie», a dit Park à des journalistes à propos de la conversation téléphonique entre les deux leaders qui a eu lieu plus tôt ce lundi et duré 56 minutes.

L'entretien est intervenu au lendemain de l'adoption à l’unanimité par le Conseil de sécurité des Nations unies (ONU) de la nouvelle résolution sanctionnant le Nord pour ses tirs de missiles balistiques intercontinentaux (ICBM) des 4 et 28 juillet derniers.

«(J'ai) juste terminé l'appel avec le président Moon de la Corée du Sud. Très content et impressionné d'un vote 15 à 0 des Nations unies sur les sanctions contre la Corée du Nord», a dit plus tôt Trump sur son compte Twitter.

Moon a salué la résolution du conseil, en notant qu'elle a été également soutenue et approuvée par la Chine et la Russie, les proches alliés de Pyongyang.

«Le président Moon a dit qu'il souhaite que la nouvelle résolution soit une chance d'induire un changement de comportement de la Corée du Nord», a dit Park dans un briefing de presse.

Dans un communiqué, la Maison-Blanche a déclaré que les deux leaders ont affirmé que «la Corée du Nord pose une menace directe et grave croissante pour les Etats-Unis, la Corée du Sud, le Japon ainsi que la plupart des pays du monde entier.»

«Les leaders se sont engagés à appliquer complètement toutes les résolutions concernées et exhortent la communauté internationale à le faire», a-t-il ajouté.

Le leader sud-coréen a aussi insisté sur la nécessité de renforcer davantage les capacités de défense conjointes des troupes sud-coréennes et américaines stationnées sur le sol sud-coréen.

Pour cela, il a demandé au président américain de soutenir la révision de leurs directives sur les missiles balistiques, selon Park. En vertu de l'accord signé avec les Etats-Unis en 2012, la Corée du Sud ne peut développer de missiles balistiques d'une portée de plus de 800 kilomètres et d'une capacité de charge utile dépassant les 500 kilogrammes. Les deux pays envisagent actuellement de doubler la charge utile maximale de l'ogive à 1 tonne ou plus.

«Le président Trump a exprimé sa position selon laquelle il soutient activement ce mouvement», a dit le porte-parole présidentiel.

Moon, cependant, a insisté sur l'objectif d’imposer des nouvelles sanctions plus fortes contre la Corée du Nord afin de la faire revenir à la table des négociations. «Il a souligné en particulier qu'elles doivent à terme résoudre le sujet nucléaire nord-coréen pacifiquement et à travers des moyens diplomatiques en se basant sur une coopération étroite entre la Corée du Sud et les Etats-Unis comme ils ne doivent jamais permettre une autre guerre tragique sur la péninsule coréenne», a déclaré le porte-parole de Cheong Wa Dae.

Trump a exprimé son intérêt pour la proposition de Séoul faite à Pyongyang de tenir des dialogues intercoréens, selon Park. Le président sud-coréen a expliqué que ces rencontres, le dialogue militaire et la réunion entre Croix-Rouge des deux Corées, visent à réduire la tension militaire entre les Corées séparées et discuter des sujets humanitaires, tels que les réunions de familles séparées. La Corée du Nord a conservé le silence face à ces propositions jusqu'à présent.

Le président Moon Jae-in s'entretient avec le président américain Donald Trump
Le président Moon Jae-in s'entretient avec le président américain Donald Trump

En ce qui concerne le front commercial, Trump a réitéré la nécessité de réviser l'accord de libre-échange Corée du Sud-Etats-Unis (ALE KORUS), en disant que l'accord commercial bilatéral a causé un énorme déficit commercial pour son pays, selon Park.

En soulignant que l'ALE est mutuellement bénéfique, le président sud-coréen a dit que Séoul et Washington doivent travailler ensemble pour améliorer davantage l'accord pour le rendre plus bénéfique pour les deux côtés, a dit le porte-parole.

Washington avait déjà appelé à une réunion du Comité conjoint spécial afin de discuter «des éventuelles modifications» de l'ALE KORUS. Mais la Corée du Sud avait indiqué avoir besoin de plus de temps pour que le nouveau ministre du Commerce se prépare alors que, selon l'accord commercial, une réunion du Comité conjoint spécial doit avoir lieu dans les 30 jours à partir de la demande d'une partie.

L'entretien de Moon avec Trump s’est achevé avec une nouvelle invitation au président américain pour une visite en Corée du Sud avant la fin de l'année ou durant les Jeux olympiques d'hiver de PyeongChang qui auront lieu en février 2018, selon Park.

rainmaker0220@yna.co.kr

(FIN)