2017/07/11 17:21 KST

Article View Option

Séoul poursuivra ses efforts pour dénoncer l'esclavage sexuel pratiqué par le Japon en temps de guerre

SEOUL, 11 juil. (Yonhap) -- La Corée du Sud va continuer à dénoncer l'histoire de l'esclavage sexuel des femmes coréennes pratiqué par le Japon pendant la Seconde Guerre mondiale, a annoncé ce mardi le ministère des Affaires étrangères.

«La position cohérente du gouvernement est que nous allons poursuivre nos efforts pour faire de la question des femmes de réconfort une leçon historique et présenter la vérité aux futures générations», a déclaré le porte-parole du ministère Cho June-hyuck au cours d'un point de presse.

Cette déclaration est intervenue après que le ministre japonais des Affaires étrangères Fumio Kishida a protesté le projet de la Corée du Sud de faire inscrire auprès de l'Unesco les archives sur les victimes coréennes de l'esclavage sexuel.

En visite au domicile d'une des victimes, la ministre de l’Égalité des sexes et de la Famille Chung Hyun-back a indiqué hier que son ministère soutiendra le projet d'une organisation non gouvernementale visant à octroyer aux documents en question le statut de patrimoine de l'Unesco.

Elle a aussi fait part du projet de construire un musée à la mémoire des victimes au centre de Séoul.

La ministre de l’Égalité des sexes et de la Famille Chung Hyun-back visite un refuge pour anciennes femmes de réconfort à Gwangju le 10 juillet 2017.
La ministre de l’Égalité des sexes et de la Famille Chung Hyun-back visite un refuge pour anciennes femmes de réconfort à Gwangju le 10 juillet 2017.

mathieu@yna.co.kr

(FIN)