SNS Share
Article View Option

2017/05/17 20:20 KST

(LEAD) L'accord sur les «femmes de réconfort» n'est pas accepté par les Sud-Coréens, selon l'envoyé de Moon au Japon

TOKYO, 17 mai (Yonhap) -- L'envoyé spécial du président Moon Jae-in au Japon a fait savoir ce mercredi au ministre japonais des Affaires étrangères que l'accord bilatéral sur l'esclavage sexuel des femmes coréennes par l'armée impériale japonaise pendant la Seconde Guerre mondiale n'est pas accepté par de nombreux Sud-Coréens.

L'envoyé spécial Moon Hee-sang s'est entretenu pendant environ 40 minutes avec le ministre japonais des Affaires étrangères Fumio Kishida. «Le sentiment de la majorité des Sud-Coréens est qu'ils ne peuvent pas accepter l'accord sur le plan émotionnel», a déclaré le représentant sud-coréen à son interlocuteur.

Dans le cadre de l'accord signé en décembre 2015 entre l'administration de l'ex-présidente Park Geun-hye et le Japon, Tokyo a versé un milliard de yen (9,1 millions de dollars) à une fondation venant en aide aux victimes.

Le président Moon Jae-in a promis pendant sa campagne de renégocier l'accord.

L'envoyé a demandé à ce que des efforts conjoints soient produits pour résoudre le problème avec sagesse et a rappelé que le Japon a reconnu par le passé ses méfaits commis en temps de guerre, notamment dans les déclarations dites Kono en 1993 et Murayama en 1995.

Tokyo veut que l'accord soit respecté tel quel par Séoul, bien que Kishida n'ait cette fois pas réitéré cette position lors de sa rencontre avec Moon.

L'envoyé spécial a également indiqué que le président sud-coréen veut tenir un sommet avec le Premier ministre japonais Shinzo Abe le plus rapidement possible. «Les dirigeants des deux nations doivent se rencontrer prochainement et fréquemment pour parler du problème nord-coréen», a-t-il déclaré.

Selon Moon, Kishida a dit que «la Corée du Sud et le Japon sont des voisins qui partagent des intérêts stratégiques et le Japon compte rechercher des relations orientées vers l'avenir avec l'administration Moon Jae-in.»

Le ministre japonais des Affaires étrangères Fumio Kishida (à gauche) et l'envoyé spécial sud-coréen Moon Hee-sang.
Le ministre japonais des Affaires étrangères Fumio Kishida (à gauche) et l'envoyé spécial sud-coréen Moon Hee-sang.

mathieu@yna.co.kr

(FIN)