SNS Share
Article View Option

2017/05/17 14:31 KST

(LEAD) Départ d'émissaires spéciaux pour discuter des sommets et de la Corée du Nord

L'envoyé spécial au Japon, Moon Hee-sang, répond à des questions de journalistes à l'aéroport international de Gimpo, avant son départ pour le Japon
L'envoyé spécial au Japon, Moon Hee-sang, répond à des questions de journalistes à l'aéroport international de Gimpo, avant son départ pour le Japon

SEOUL, 17 mai (Yonhap) -- Les envoyés spéciaux du président Moon Jae-in sont partis ce mercredi ou partiront bientôt afin de discuter des éventuels sommets entre Moon et ses homologues américain, japonais, chinois et russe.

Le député Moon Hee-sang du parti au pouvoir, le Parti démocrate de Corée, s'est dirigé vers Tokyo où il rencontrera des personnalités japonaises, dont peut-être le Premier ministre Shinzo Abe.

L'émissaire spécial pour les Etats-Unis a pris la direction de Washington ce mercredi tandis que l'envoyé spécial en Chine ira à Pékin ce jeudi, selon des officiels du bureau présidentiel Cheong Wa Dae.

Les émissaires spéciaux pour la Russie et l'Union européenne (UE) devraient partir la semaine prochaine ou plus tard, ont-ils ajouté.

La plupart des envoyés spéciaux ont été nommés peu après les entretiens téléphoniques entre le président et les leaders des pays concernés, durant lesquels il a promis des discussions supplémentaires pour organiser des sommets et parler de sujets à traiter de toute urgence, tels que les provocations nord-coréennes.

L'émissaire spécial au Japon devrait se focaliser sur les sujets bilatéraux plutôt que sur l’organisation d’un sommet. Les relations entre la Corée du Sud et le Japon se sont détériorées après que Tokyo a rappelé son ambassadeur à Séoul et son consul général à Busan en protestation contre l'installation d'une statue symbolisant les victimes coréennes de l'esclavage sexuel, appelées par euphémisme «femmes de réconfort», par l'armée japonaise durant la Seconde Guerre mondiale.

Le Japon revendique que l'érection de la statue en face du consulat japonais à Busan viole l’accord bilatéral signé à la fin de 2015 pour résoudre les conflits liés à l'histoire, englobant la question de l’esclavage sexuel de femmes coréennes. En vertu de cet accord, le Japon a versé 1 milliard de yens (9,1 millions de dollars) à une fondation d'aide aux victimes sud-coréennes. Les deux diplomates sont revenus en Corée le mois dernier après près de trois mois d'absence.

Moon, cependant, a souligné à plusieurs reprises la nécessité de renégocier l'accord de 2015 avec Tokyo durant sa campagne électorale. Lors de sa conversation téléphonique avec le Premier ministre japonais, le nouveau président a déclaré que la plupart de son peuple ne pouvait accepter ou être d'accord avec l'accord signé par l'ancienne administration conservatrice de Park Geun-hye.

A la place, il a exhorté Abe à respecter les communiqués précédents publiés par les anciens leaders japonais, comme Yohei Kono qui a reconnu et présenté des excuses pour l'esclavage sexuel en temps de guerre de femmes asiatiques, selon le conseiller présidentiel en charge des relations publiques.

Le président Moon «m'a demandé de transmettre son message sans faute selon lequel la direction de sa diplomatie se focalisera sur l'intérêt national», a déclaré l'envoyé spécial au Japon avant son départ pour Tokyo. «Il m'a également demandé de transmettre que, à partir de maintenant, la diplomatie du pays se concentrera sur la légitimité et la procédure démocratique» pour assurer le consentement du peuple, a ajouté le député du parti au pouvoir.

Malgré l'indication d'une possible annulation de l'accord de 2015, le nouveau chef d'Etat a également souligné la nécessité d'augmenter la coopération entre Séoul et Tokyo pour traiter avec le Nord. «(Le président Moon) a dit avoir vu un besoin pour les deux pays de travailler ensemble et surmonter intelligemment les conflits historiques, dont le sujet des femmes de réconfort, en continuant séparément à faire des efforts conjoints pour traiter le dossier nucléaire nord-coréen», avait indiqué Yoon plus tôt.

«C'est mon avis personnel et également la politique du gouvernement que les deux doivent se rencontrer vite et fréquemment», a dit l'émissaire spécial. «Alors que cela est également le souhait du président, je transmettrai certainement ce message.»

L'émissaire spécial pour les Etats-Unis, Hong Seok-hyun, répond à des questions de journalistes à l'aéroport international d'Incheon avant son départ pour Washington
L'émissaire spécial pour les Etats-Unis, Hong Seok-hyun, répond à des questions de journalistes à l'aéroport international d'Incheon avant son départ pour Washington

L'envoyé spécial pour les Etats-Unis, Hong Seok-hyeon, ancien ambassadeur à Washington, a noté que le sommet de Moon avec le président américain Donald Trump sera une priorité du programme de sa visite aux Etats-Unis mais a aussi dit que le sujet nucléaire nord-coréen sera en tête de la liste des sujets des discussions.

«Le sujet le plus important, bien sûr, est d'améliorer la compréhension des pays de l'alliance Corée-Etats-Unis et leurs efforts conjoints pour résoudre le sujet nucléaire nord-coréen», a déclaré Hong à des journalistes peu avant son départ pour Washington à l'aéroport international d'Incheon.

Moon et Trump ont déjà convenu de tenir un sommet bilatéral à Washington à la fin du mois prochain. «Concernant le sujet nucléaire nord-coréen, je transmettrai les pensées du président et écouterai également ce qu’ils ont à dire», a indiqué Hong, en ajoutant que les deux ne montrent presque pas de différence.

En soulignant l'importance et l'urgence de la résolution de la question nucléaire nord-coréenne, le président sud-coréen a nommé l'ancien Premier ministre Lee Hae-chan émissaire spécial pour la Chine et le député du parti au pouvoir Song Young-gil envoyé spécial pour la Russie.

La Chine et la Russie figurent parmi les pays participant aux pourparlers à six visant à mettre fin à l'ambition nucléaire de la Corée du Nord et comprenant également les Etats-Unis, le Japon et les deux Corées. Le chef d'Etat s'est engagé à faire des efforts pour reprendre les pourparlers à six, suspendus depuis la fin de 2008.

L'émissaire spécial à l'UE Cho Yoon-je devrait également remplir la fonction d'envoyé spécial en Allemagne. Moon a également nommé l’archevêque Kim Hee-joong envoyé spécial pour le Vatican.

rainmaker0220@yna.co.kr

(FIN)