SNS Share
Article View Option

2017/03/13 16:46 KST

La Malaisie demande à la famille de Kim Jong-nam de réclamer son corps avant 2 ou 3 semaines

Le ministre malaisien de la Santé Subramaniam Sathasivam lors d'une conférence de presse le 1er mars (AP=Yonhap)
Le ministre malaisien de la Santé Subramaniam Sathasivam lors d'une conférence de presse le 1er mars (AP=Yonhap)

KUALA LUMPUR, 13 mars (Yonhap) -- Le ministre malaisien de la Santé Subramaniam Sathasivam a demandé ce lundi à la famille du défunt Kim Jong-nam, décédé le 13 février dernier suite à une attaque à l’aéroport international de Kuala Lumpur, en Malaisie, de manifester dans les deux ou trois prochaines semaines son intention de recevoir le corps pour que celui-ci lui soit remis.

«(Le défunt Kim Jong-nam) a une épouse et des enfants. Nous nous attendons qu’ils réclament la remise du corps, l’identité de la victime ayant été confirmée», a déclaré le ministre lors d’une conférence de presse.

Interrogé sur le délai accordé à la famille de la victime, il a répondu espérer résoudre le problème dans les deux ou trois semaines à venir.

En cas d’absence de demande de la part de la famille endeuillée, le bureau du Premier ministre et les ministères de l’Intérieur, des Affaires étrangères et de la Santé de la Malaisie discuteront ensemble pour décider de la démarche à suivre concernant la dépouille de Kim.

Les autorités malaisiennes avaient cherché à l'origine à remettre le corps de Kim à son épouse ou à ses enfants mais la fixation de cette date limite laisse entendre que le corps pourrait être remis à quelqu’un d’autre, comme par exemple à son demi-frère, le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un, si sa famille ne répond pas à cette date butoir.

Cela dit, le régime nord-coréen continue à affirmer que la victime est un ressortissant nord-coréen ordinaire dont le nom est Kim Chol. Kuala Lumpur et Pyongyang devrait bientôt entamer des négociations en vue de trouver une solution à l'intensification des tensions dans leurs relations bilatérales. Les deux pays ont chacun interdit aux ressortissants de l'autre nation de quitter leur sol suite à l'escalade des tensions diplomatiques.

lsr@yna.co.kr

(FIN)