SNS Share
Article View Option

2017/03/12 17:01 KST

Le corps de Kim Jong-nam pourrait être remis au dirigeant nord-coréen

L'ambassadeur de Corée du Nord en Malaisie, Kang Chol, le 6 mars 2017 avant son expulsion (AP=Yonhap)
L'ambassadeur de Corée du Nord en Malaisie, Kang Chol, le 6 mars 2017 avant son expulsion (AP=Yonhap)

KUALA LUMPUR, 12 mars (Yonhap) -- Le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un pourra désormais recevoir le corps de Kim Jong-nam, son demi-frère assassiné il y a un mois à l’aéroport international de Kuala Lumpur, en Malaisie, a rapporté ce dimanche le quotidien local New Straits Times.

La police locale a par ailleurs confirmé vendredi dernier que la victime de l’assassinat était bien Kim Jong-nam. Cette confirmation confère donc au dirigeant nord-coréen le statut de membre de la famille du défunt, reconnaissant ainsi le droit de la Corée du Nord à recevoir le corps de Kim Jong-nam, a déclaré le journal malaisien, citant une source bien informée.

«Une fois que (Kim Jong-un) aura pris la décision, le corps lui sera remis de manière légale», a noté la source. «Si d’autres parents en ligne directe réclament le corps, en déclenchant une lutte, ce sera au procureur général d’en décider», a-t-elle ajouté.

En effet, le ministre malaisien des Affaires étrangères Anifah Aman a déclaré hier aux journalistes : «Nous finirons par remettre le corps à quelqu’un. Celui qui recevra le corps peut être soit le gouvernement nord-coréen soit un membre de sa famille.»

Cela dit, des observateurs du monde diplomatique local ont estimé que la possibilité de remise du corps au dirigeant nord-coréen était faible, le Nord ayant sans cesse nié l’existence de Kim Jong-nam. L’ambassade de Corée du Nord en Malaisie a affirmé que la victime n’était pas Kim Jong-nam mais un ressortissant nord-coréen ordinaire.

Pyongyang pourrait à la place attendre jusqu’à ce que Kim Jong-nam soit déclaré «mort sans parents» pour réclamer le corps en avançant la nationalité de la victime.

Les enfants de Kim Jong-nam et son épouse seraient sous la protection du gouvernement chinois ou d’un pays tiers. Une visite en Malaisie de leur part serait donc difficile.

La police malaisienne compte transférer dans un avenir proche le corps de Kim Jong-nam au ministère de la Santé, dont les règles internes exigent de conserver le corps pendant 14 jours au maximum jusqu’à l’apparition d’un membre de la famille du défunt avant de procéder à la prochaine étape qui consiste à notifier l'ambassade du pays concerné.

lsr@yna.co.kr

(FIN)