SNS Share
Article View Option

2012/08/07 11:15 KST

Bruxelles examine la demande de Paris de mettre sous surveillance les voitures sud-coréennes

BRUXELLES, 06 août (Yonhap) -- La Commission européenne a affirmé ce lundi avoir commencé à se pencher sur la demande de mise sous surveillance des importations de voitures sud-coréennes formulée par le gouvernement français en vue d'accepter ou non cette demande.

  
«La Commission européenne confirme avoir reçu une lettre des autorités françaises demandant des mesures de surveillance préalable pour les importations de voitures sud-coréennes», a déclaré aux journalistes John Clancy, porte-parole du commissaire européen au Commerce, ajoutant que «la Commission est en train d'examiner attentivement la demande».

  
Des officiels européens en charge du commerce extérieur ont noté que, même si la Commission européenne met en place des mesures de surveillance, l'application de la clause de sauvegarde serait pour l'instant difficile. Pour appliquer la clause de sauvegarde, les résultats de la surveillance doivent répondre à des conditions précises sans parler du risque de déclencher de sérieux conflits commerciaux entre la Corée du Sud et l'Union européenne un an après l'entrée en vigueur de l'accord de libre-échange (ALE).

  
Ceci dit, même avec la faible possibilité de voir appliquer la clause de sauvegarde, les activités des constructeurs automobiles sud-coréens peuvent être affectées par le simple fait qu'ils font l'objet d'une surveillance préalable.

  
Paris avance que l'industrie automobile française a été touchée par l'entrée en vigueur de l'ALE Corée-UE, avec comme preuve un bond de 28,5% des ventes de Hyundai-Kia cette année malgré une contraction de 14,4% des ventes automobiles en France.

  
Le porte-parole de la filiale européenne de Hyundai Motor Co., Andreas Brozat, a réfuté l'allégation de Paris en affirmant que la croissance des ventes de Hyundai en Europe est due à la compétitivité de ses voitures et non à la réduction des tarifs douaniers suite à l'ALE. Il a également précisé que moins de 12% des 232.454 voitures Hyundai immatriculées en Europe au cours du premier semestre ont été construites en Corée du Sud alors que plus de 70% ont été fabriquées dans des usines situées dans des pays de l'UE, comme en République tchèque, et le reste dans des pays tiers.

  
lsr@yna.co.kr
(FIN)