> International
2012/07/29 11:18 KST
Le Pentagone s'engage à dissoudre le Commandement des forces combinées en 2015


WASHINGTON, 28 juil. (Yonhap) -- Le Pentagone a réaffirmé ce samedi son engagement à dissoudre comme prévu en 2015 le Commandement des forces combinées entre les Etats-Unis et la Corée du Sud (CFC), épine dorsale des opérations militaires conjointes entre les deux alliés, selon un rapport soumis au Congrès.

  
Le rapport de 108 pages, rendu public ce samedi, indique également que le corps des Marines des Etats-Unis accroîtra sa présence près de la frontière intercoréenne.

  
En présentant aux députés le rapport indépendant sur la stratégie militaire américaine en Asie plus tôt cette semaine, le secrétaire à la Défense Leon Panetta a éclairci la position de Washington sur le transfert du contrôle des opérations (OPCON) en temps de guerre des soldats sud-coréens à Séoul, en 2015 comme convenu.

  
Ce transfert pourrait impliquer la dissolution du CFC qui constitue la tour de contrôle des opérations conjointes des forces sud-coréano-américaines depuis la guerre de Corée (1950-1953).

  
Avec la dissolution du CFC, qui est dirigé par un général quatre étoiles de l’armée américaine, les forces sud-coréennes et américaines agiront en tant que deux entités distinctes en temps de guerre même si elles maintiendront un partenariat étroit.

  
Certains Sud-Coréens craignent toutefois que l’armée sud-coréenne ne soit pas complètement préparée pour opérer seule durant la guerre, dans un contexte de menaces et de provocations accrues de la part du Nord. Ils exigent donc un report du transfert de l’OPCON.

  
Le rapport commandé par le Pentagone mentionne que le Centre des études stratégiques et internationales (CSIS), un think tank basé à Washington, a également recommandé aux Etats-Unis d'ajuster le calendrier du transfert de l’OPCON et de la dissolution du CFC. Panetta a décrit le conseil du CSIC comme un «sujet de préoccupation».

  
«L’évaluation indépendante du CSIS laisse entendre que les Etats-Unis doivent imposer de nouvelles mises en garde sur le transfert de l’OPCON en temps de guerre», a-t-il noté dans son évaluation du rapport.

  
«En fait, cette mise en garde fait partie de la série de jalons de programmation sur lesquels le département (de la Défense) travaille déjà afin de s’assurer que le transfert de l’OPCON en temps de guerre peut se dérouler comme prévu sans affecter la capacité de nos forces combinées», a ajouté Panetta. Il a également fait remarquer que son département était «d’accord» sur les suggestions du CSIS pour «la plupart des sujets».

  
Le CSIS a indiqué que «l’intérêt» sud-coréen quant à l’extension de la présence du corps des Marines des Etats-Unis dans la péninsule coréenne s'intensifiait en raison des faibles capacités des Marines sud-coréens à gérer des situations d’urgence en mer Jaune.

  
Le CSIS a également conseillé au Pentagone d’examiner l’option de remplacer les unités de combats américaines actuelles en Corée du Sud en faisant alterner l’infanterie mécanisée, l’unité d’artilleries et la brigade aérienne.

  
Il a également noté que les Etats-Unis pouvaient envisager le déploiement en rotation des deux navires de combat en zone littorale à Jinhae, ville sur la côte sud-est de la Corée du Sud, et des moyens du Terminal de défense à haute altitude et des missiles PAC (Patriot Advanced Capacity) en Corée du Sud.

   lsr@yna.co.kr
(FIN)