> International
2012/07/24 10:16 KST
Washington considère que la Corée du Sud n'a pas besoin d'enrichir de l'uranium


WASHINGTON, 23 juil. (Yonhap) -- Gary Samore, le principal conseiller du président Barack Obama sur la non-prolifération, a déclaré ce lundi que les Etats-Unis considéraient que la Corée du Sud n’a pas besoin d’enrichir de l’uranium, une position allant à l’encontre de l’objectif de Séoul.

  
Samore a affirmé que la Corée du Sud pouvait continuer d’acheter des services d’enrichissement des Etats-Unis et de la France et sur d’autres marchés internationaux plutôt que de se procurer ses propres technologies nécessaires à l’enrichissement d’uranium.

  
«Il n’y a donc aucun danger que l’industrie coréenne n’ait accès à l’uranium faiblement enrichi» qui est le combustible des 22 réacteurs du pays, a-t-il voulu rassurer lors d’une réunion avec des journalistes sud-coréens après un forum sur le sommet sur la sécurité nucléaire. Séoul a organisé le deuxième sommet sur la sécurité nucléaire en mars.

  
«Vous n’avez pas à vous inquiéter sur quelconque limite que la Corée pourrait avoir», a-t-il ajouté, citant l’antécédent du pays en matière d’opération sûre et avancée des réacteurs nucléaires.

  
Le forum, organisé par l’ambassade de Corée du Sud aux Etats-Unis, était destiné à examiner les résultats du sommet et à préparer la prochaine édition aux Pays-Bas en 2014.

  
Les propos de Samore semblent refléter la position ferme de Washington de continuer de restreindre la Corée du Sud à se doter de la technologie liée à l’enrichissement d’uranium dans le cadre des efforts internationaux pour la non-prolifération.

  
Les alliés sont actuellement en discussion pour réviser leur accord de coopération nucléaire vieux de quatre décennies qui arrive à échéance en 2014. La Corée du Sud souhaite réviser le traité de sorte à ce qu’elle puisse avoir le droit d’utiliser de l’uranium à des fins civils et de retraiter les déchets nucléaires dans un souci de manque d’installations de stockage. Séoul avance qu’il doit élargir son programme nucléaire non militaire afin de répondre à son statut renforcé en tant que producteur d’énergie nucléaire.

  
Samore a noté que des scientifiques américains et sud-coréens travaillaient en étroite collaboration pour étudier le pyroprocessing, nouvelle technologie permettant de retraiter des combustibles usés. Le pyroprocessiong ou le pyrotraitement n’est pas encore commercialisé.

  
Il a ajouté qu’il n’était pas sûr si les négociations entre Séoul et Washington se concluront dans le courant de l’année.

  
«Je pense qu’il y aura une solution mais je ne peux pas prédire exactement quand la solution viendra», a-t-il indiqué. «Nous avons jusqu’à 2014 et tout le monde à la fois à Washington et à Séoul souhaite continuer notre coopération nucléaire pacifique.»

lsr@yna.co.kr
(FIN)