> International
2012/07/23 19:49 KST
Retraitement du combustible nucléaire : les négociations avec les Etats-Unis n'avancent pas


SEOUL, 23 juil. (Yonhap) -- Peu de progrès ont été accomplis dans les négociations sensibles sur la révision d'un accord bilatéral avec les Etats-Unis qui permettrait à la Corée du Sud d'adopter sa propre technologie de retraitement du combustible nucléaire, a déclaré ce lundi un haut fonctionnaire à Séoul.

  
De par cet accord signé en 1974 avec les Etats-Unis, il est interdit à la Corée du Sud d'enrichir de l'uranium ou de retraiter du combustible nucléaire usé. Le Sud, acteur majeur de l'énergie nucléaire, espère pouvoir adopter la technologie dite de pyrotraitement en faisant modifier le traité qui arrive à échéance en 2014.

  
Les deux alliés ont déjà tenu cinq sessions de négociations officielles depuis 2010 afin de réviser l’accord, mais Washington n'a toujours pas donné suite au projet de révision transmis en février par Séoul, a indiqué un officiel du ministère des Affaires étrangères.

«Nous avons communiqué notre position (sur la révision de l’accord nucléaire) à la partie américaine en février, mais son examen (par la partie américaine) a été retardé», a commenté l'officiel sous couvert d’anonymat.

  
Le fonctionnaire, qui est informé des négociations en cours, n'a pas donné plus de détails, mais ses commentaires ont soulevé des doutes quant à l’aboutissement des discussions d'ici la fin de l’année.

En raison de la croissance de ses stocks de déchets nucléaires et de son intention de devenir une puissance mondiale dans l'industrie nucléaire civile, le Sud espère pouvoir adopter la technologie de pyrotraitement, qui permet de séparer le plutonium, principal composant pour la fabrication des bombes atomiques, qui reste mélangé avec d'autres éléments.

  
La Corée du Sud souhaite que Etats-Unis lui permette d’utiliser cette nouvelle technologie car elle doit faire face à plus de 10.000 tonnes de déchets nucléaires dans ses installations de stockage qui devraient atteindre leurs limites en 2016.

De leur côté, les experts en non-prolifération estiment que le pyrotraitement n'est pas très différent du retraitement, le plutonium extrait pouvant être rapidement utilisé pour la fabrication d'armes.

   catherine@yna.co.kr
(FIN)