> International
2012/07/11 09:34 KST
Tokyo s’oppose à l’érection de monuments à la mémoire des «femmes de réconfort»


WASHINGTON, 10 juil. (Yonhap) -- Le gouvernement japonais a ordonné à ses diplomates aux Etats-Unis de faire tout leur possible pour empêcher l’érection sur le sol américain de monuments à la mémoire des femmes coréennes qui ont servi d’esclaves sexuelles à l’Armée impériale japonaise durant la Seconde Guerre mondiale, a fait savoir ce mardi le Nelson Report, un fournisseur d’informations privées basé à Washington.

  
Le ministère des Affaires étrangères de Tokyo a «demandé à son consul général à New York de s’opposer activement à l’érection par des groupes coréano-américains de monuments pour les femmes de réconfort», a déclaré la lettre politique. Cependant, l’information n’a pas encore été confirmée. L’ambassade du Japon à Washington a en effet répondu à Yonhap qu’il faudrait encore un certain temps avant de pouvoir voir une réponse officielle.

  
Le Nelson Report, connu pour fournir des informations crédibles sur des sujets diplomatiques sensibles, a ajouté que Tokyo était préoccupé non seulement par les monuments en question mais aussi par le nombre de victimes régulièrement cité. Selon des associations sud-coréennes, plusieurs milliers de Coréennes ont été kidnappées et violées par les soldats japonais lors de la période coloniale.

  
Très récemment, la communauté coréenne du New Jersey a réussi à faire construire un petit monument dans un parc de cet Etat, à la grande colère des Japonais. Le gouvernement américain, de son côté, se refuse d’aborder la question. «La construction de mémoriaux dans les parcs américains ne relève pas de la compétence du département d’Etat», a affirmé un responsable du département en charge des affaires étrangères des Etats-Unis.

  
xb@yna.co.kr
(FIN)