> International
2012/06/26 10:16 KST
Lee promeut le libre-échange et la croissance verte en Amérique latine


BOGOTA, Colombie, 25 juin (Yonhap) -- Le président sud-coréen Lee Myung-bak vient de terminer sa tournée dans quatre pays d'Amérique centrale et du Sud et rentrera en Corée du Sud ce mercredi.

  
Dans les quatre pays où il s'est rendu, le Mexique, le Brésil, le Chili et la Colombie, Lee n'a jamais oublié de dire qu'il pensait que l'accord de libre-échange (ALE) aidera à revitaliser l'économie mondiale frappée par la crise de la dette dans la zone euro et à étendre ce qu'il appelle le «territoire économique».

  
Au Mexique, où il a assisté au sommet du G20, Lee a encouragé les autres leaders du G20 à renouveler leur engagement de «statu quo» afin de résister à toutes les formes de protectionnisme jusqu'à la fin de 2014, une prolongation d'un an.
En marge du sommet du G20, Lee a tenu des réunions bilatérales avec le président mexicain Felipe Calderón et le Premier ministre canadien Stephen Harper afin de reprendre les négociations pour un ALE avec ces pays, qui ont été suspendues en 2008.

  
A Bogota, la Corée du Sud et la Colombie ont également annoncé la fin des négociations sur l'ALE qui ont duré deux ans et demi. L'ALE devrait stimuler les exportations automobiles et d'autres secteurs vers la Colombie.

  
Dans une interview accordée au principal quotidien colombien El Tiempo, Lee a indiqué qu'il s'attendait à une multiplication par cinq des échanges commerciaux entre la Corée du Sud et la Colombie au cours des cinq prochaines années en cas de conclusion d’un ALE.

  
Le libre-échange a été également le principal sujet du voyage de Lee au Chili, le premier pays qui a signé un ALE avec la Corée du Sud. Depuis que l'accord est entré en vigueur en 2004, le volume commercial entre les deux pays a été multiplié par 4,6, à 7,24 milliards de dollars l'année dernière.

  
Lee et le président chilien Sebastián Piñera se sont félicités des progrès réalisés avec l'ALE et ont convenu d'entrer dans la deuxième étape de l'accord afin d'étendre la coopération bilatérale dans plusieurs domaines, tels que les énergies renouvelables, l'éducation et la culture.

  
La croissance verte a été également un sujet clé de la visite en Amérique latine de Lee.

  
Au Brésil, Lee a participé à la Conférence des Nations unies sur le développement durable (Rio+20) et indiqué que la croissance verte était nécessaire pour faire face aux défis mondiaux tels que la crise économique mondiale, l'écart croissant entre les riches et les pauvres, le changement climatique et le déclin de la biodiversité.

  
En marge du sommet Rio+20, la Corée du Sud, le Danemark, l'Australie et des dizaines d’autres pays ont signé une convention officialisant le statut d'organisation internationale de l’Institut mondial de la croissance verte (GGGI) établi à Séoul en juin 2010.

  
rainmaker0220@yna.co.kr
(FIN)