> International
2012/06/18 15:32 KST
La Corée du Sud et le Mexique conviennent de reprendre les discussions sur l'ALE avant le mois de septembre


Sommet Corée du Sud-Mexique à Los Cabos
LOS CABOS, Mexique, 17 juin (Yonhap) -- Le président sud-coréen Lee Myung-bak et le président mexicain Felipe Calderón ont convenu de reprendre les négociations suspendues sur l'accord de libre-échange (ALE) entre les deux pays cette année, a indiqué ce dimanche un officiel présidentiel.

  
Les deux dirigeants sont parvenus à un accord durant leur sommet après que Lee est arrivé dans la station balnéaire mexicaine de Los Cabos pour assister au sommet du G20, prévu pour ce lundi et mardi.

  
La Corée du Sud et le Mexique ont lancé des dialogues sur l'ALE en 2007, mais les négociations sont suspendues depuis la deuxième série de discussions en 2008 en raison des inquiétudes du Mexique selon lesquelles l'accord pourrait étendre son déficit commercial avec la Corée du Sud.

  
Le volume commercial bilatéral entre les deux pays s'est élevé à 12 milliards de dollars l'année dernière, les exportations sud-coréennes ont totalisé 9,7 milliards de dollars et les importations ont atteint 2,3 milliards de dollars.

  
Durant le sommet, Lee a déclaré qu'il souhaitait que les deux pays reprennent les dialogues sur l'ALE le plus tôt possible. Calderón a répondu qu'il était d'accord avec la proposition de Lee, en disant que les deux parties auront beaucoup de bénéfices grâce à l'ALE, selon le porte-parole présidentiel sud-coréen Park Jeong-ha.

  
Calderón a également indiqué qu'il souhaitait la reprise des négociations avant qu'il se rende en Corée du Sud en septembre et qu'il ferait des efforts pour convaincre les secteurs industriel et politique qui sont opposés à l'ALE.

  
Lee a demandé au président mexicain d'atténuer les restrictions pour les entreprises sud-coréennes et Calderón a dit qu'il considérerait positivement cette demande, selon Park.

  
Avant le sommet, les ministres des Affaires étrangères des deux pays ont signé un accord sur la coopération nucléaire qui permet à la Corée du Sud d'exporter une centrale nucléaire au Mexique.

  
Le pays d'Amérique centrale dépend de l'énergie nucléaire à environ 2,6% pour sa demande d'électricité et projette d'augmenter ce taux à 8% d'ici 2024. Le Mexique opère deux réacteurs nucléaires commerciaux à l'heure actuelle.

  
Lee et Calderón sont également d’accord sur l'importance de la croissance verte et ont convenu d’une coopération plus étroite afin d'aider à développer l’Institut mondial de la croissance verte (GGGI).

  
Plus tôt ce mois, le Mexique a promis d’offrir 150 milliards de dollars au GGGI.

  
rainmaker0220@yna.co.kr
(FIN)