2018/07/05 14:32 KST

Article View Option

(FOCUS) Les constructeurs automobiles étrangers lorgnent davantage le marché local

SEOUL, 05 juil. (Yonhap) -- Les constructeurs d’automobiles importées voient la Corée du Sud comme un marché en expansion, ont indiqué des sources de l'industrie aujourd’hui, alors que de plus en plus de clients locaux optent pour des marques étrangères prestigieuses et agréables à conduire.

En 1987, les constructeurs automobiles étrangers n’ont écoulé que 10 véhicules en Corée, mais trois décennies plus tard, ils occupaient près de 20% du marché intérieur des voitures particulières, selon les données de l'Association coréenne des importateurs et distributeurs automobiles (KAIDA). D’après cet organisme, les immatriculations de voitures importées ont bondi à 8.136 unités en 1997, 53.390 en 2007 et 233.088 en 2017.

«Dans le passé, les personnes relativement aisées âgées de 40 à 50 ans achetaient généralement des voitures importées, mais de nos jours, les jeunes clients dans la vingtaine ou la trentaine qui ne peuvent être perçus que dans les tranches inférieures et moyennes visitent aussi les concessionnaires automobiles étrangers en raison de la baisse des prix et de la variété de choix», a déclaré le vice-président de la KAIDA, Yoon Dae-sung, au téléphone.

En plus de la demande des passionnés de conduite et du certain statut que ces véhicules confèrent à leur propriétaire ici, il semble y avoir une autre raison derrière l'appétit croissant pour les modèles importés, estiment les observateurs de l'industrie.

Beaucoup d'entre eux ne peuvent pas se permettre d'acheter une maison en raison de la flambée des prix. Au lieu de cela, ils se tournent vers la deuxième option la plus dispendieuse, mais quelque chose d’abordable, une voiture importée, a déclaré Yoon.

Son point de vue est repris par Heo Yong-hoe, 31 ans, représentant du laboratoire de satisfaction psychologique Mind Plating.

«Comme les jeunes clients ne s'attendent pas à ce que leur situation financière s'améliore, même après avoir décroché un emploi, ils n'hésitent pas à dépenser de l'argent dans une voiture d'importation chère mais satisfaisante», a déclaré Heo à Yonhap.

Cette tendance de consommation est liée à deux récentes tendances selon lesquelles les jeunes recherchent un «bonheur petit mais certain» et croient en l’acronyme YOLO, «You Only Live Once» (tu ne vis qu'une seule fois), a-t-il dit.

En outre, les constructeurs de voitures importées offrent une variété de programmes de financement, les jeunes salariés qui perçoivent un salaire minimum n'ont pas à payer une somme forfaitaire en même temps. Cela leur permet d'acheter une voiture d'importation en leasing, ou un programme de versement, a indiqué un concessionnaire dans le showroom BMW à Gangnam, dans le sud de Séoul.

Grâce à de telles tendances, les constructeurs automobiles étrangers ont vendu au total 116.798 voitures entre janvier et mai, soit 18,27% du marché local des voitures de tourisme. Leur part de marché n'était que de 5,13% deux décennies plus tôt, selon les données de la KAIDA.

En particulier, les constructeurs de voitures de luxe Mercedes-Benz et BMW ont dépassé toutes les autres marques d'importation en vendant 65.193 véhicules en Corée du Sud au cours des cinq premiers mois. Cela représente une hausse de 22% par rapport aux 53.428 unités enregistrées un an plus tôt.

Selon les prévisions de la KAIDA, les ventes de voitures importées augmenteront de près de 10% à 256.000 unités sur l'ensemble de l'année 2018, contre 233.088 l'année précédente.

lp@yna.co.kr

(FIN)