2017/12/25 14:00 KST

Article View Option

Prévision économique 2018 : le principal défi sera le resserrement monétaire

SEOUL, 25 déc. (Yonhap) -- Les six plus grands instituts de recherche économique en Corée du Sud ont prédit que le défi majeur pour l’économie nationale serait l’année prochaine le cycle de resserrement monétaire à l’échelle internationale.

Dans un sondage mené par l’agence Yonhap auprès des chefs de ces organisations, il a été révélé que leur principale source d’inquiétudes serait la possibilité d’un retrait massif de capitaux sur les marchés émergents car les banques centrales pourraient augmenter les taux d’intérêt pour faire face à ce resserrement monétaire.

«Des capitaux importants ont été injectés sur les marchés émergents en raison de la politique d’assouplissement monétaire de la Réserve fédérale américaine (Fed) et des taux d’intérêt très bas des banques dans le monde», a rappelé Lee Dong-geun, président exécutif de l’Institut de recherche Hyundai.

Mais le resserrement de la Fed qui a commencé cette année avec des hausses des taux à trois reprises pourrait entraîner une sortie de capitaux dans les pays émergents, a averti Lee. Cependant, il a estimé que la Corée du Sud était moins exposée au risque de crise économique causée par un flux sortant de capitaux. Selon lui, l’économie domestique possède une base financière relativement solide.

Les six instituts en question sont l’Institut coréen des finances (KIF), l’Institut coréen d'économie industrielle et de commerce (KIET), l’Institut coréen de politique économique internationale (KIEP), l’Institut de recherche Hyundai, l’Institut coréen de recherche économique (KERI) et l'Institut coréen du développement (KDI).

Les chefs de ces centres de recherche ont anticipé par ailleurs que la remontée des prix du pétrole et le programme d’armes nucléaires de la Corée du Nord constitueraient également des obstacles notables pour l’économie sud-coréenne en 2018.

«Il pourrait ne pas y avoir une forte augmentation des prix du brut comme l’augmentation de la production de pétrole des Etats-Unis compense la réduction de celle des autres grands pays producteurs de pétrole. Mais l’instabilité politique croissante au Moyen-Orient pourrait accroître la volatilité des prix du pétrole», a estimé Yu Byoung-gyu, président du KIET.

Les risques géopolitiques, comme les provocations de la Corée du Nord et les tensions politiques entre Séoul et Pékin sur la présence du bouclier antimissile américain THAAD sur le territoire sud-coréen, resteront des facteurs susceptibles d’affecter l’économie nationale, a ajouté Yu.

xb@yna.co.kr

(FIN)