2017/06/08 12:00 KST

Article View Option

Trente jours de Moon : le président rétablit la diplomatie des sommets et veut clarifier le dossier THAAD

Le président sud-coréen Moon Jae-in
Le président sud-coréen Moon Jae-in

SEOUL, 08 juin (Yonhap) -- Pendant le mois qui a suivi son investiture, le président sud-coréen Moon Jae-in n'a pas perdu de temps pour combler le vide diplomatique laissé par le scandale politique de son prédécesseur, Park Geun-hye.

Il s'est également focalisé sur le traitement des sujets urgents comme le déploiement du système de défense antimissile à haute altitude THAAD (Terminal High Altitude Area Defense), l’accord controversé sur les atrocités en temps de guerre du Japon et les liens tendus avec la Chine.

La Corée du Nord a tiré des missiles plus fréquemment depuis l'investiture de Moon, apparemment pour tester le nouveau président sud-coréen. En effet, il n'y a pas de lune de miel pour le leader libéral qui cherche à se démarquer des politiques diplomatiques et sécuritaires de l'administration conservatrice précédente.

«L'administration Moon Jae-in a été lancée dans les pires circonstances externes de l'histoire (de la Corée)», a déclaré Yun Duk-min, ancien chancelier de l'Académie diplomatique nationale de Corée (KNDA).

Il a souligné les menaces nucléaires et balistiques croissantes du Nord, la nouvelle approche de l'alliance par l'administration Donald Trump qui a promis une politique de «L'amérique d'abord» dans un contexte de rivalités pour l’hégémonie entre la Chine et le Japon en Asie du Nord-Est.

Seulement quelques jours après son investiture, Moon a eu des entretiens téléphoniques avec des leaders étrangers, dont Trump, le président chinois Xi Jinping, le Premier ministre japonais Shinzo Abe et le président russe Vladimir Poutine. Ensuite, Moon a envoyé des émissaires spéciaux à Washington, Pékin, Tokyo et Moscou comme première mesure diplomatique.

Le chef d'Etat projette également d’avoir un sommet avec Trump à Washington à la fin de ce mois-ci, la première rencontre entre les alliés sous le nouveau gouvernement Moon.

L'émissaire spécial pour le Japon, Moon Hee-sang, échange une poignée de main avec le Premier ministre japonais Shinzo Abe le jeudi 18 mai 2017 à la résidence officielle de ce dernier à Tokyo.
L'émissaire spécial pour le Japon, Moon Hee-sang, échange une poignée de main avec le Premier ministre japonais Shinzo Abe le jeudi 18 mai 2017 à la résidence officielle de ce dernier à Tokyo.

Moon, en particulier, n'a pas hésité à soulever les principaux sujets diplomatiques, incluant l'accord signé à la fin de 2015 avec le Japon pour résoudre «définitivement et irréversiblement» le conflit sur l'esclavage sexuel de femmes coréennes par l'armée impériale japonaise durant la Seconde Guerre mondiale.

Lors d'une conversation téléphonique avec Abe le 11 mai, Moon a souligné que la majorité de la population sud-coréenne n'accepte pas l'accord «d’un point de vue émotionnel». Les remarques montrent la possibilité d’une renégociation ou d’une annulation de l'accord.

Il a également visé directement le système THAAD, actuellement en cours d’installation en Corée du Sud, créant une grande controverse politique dans le pays et des inquiétudes sur l’éventuel impact sur l'alliance Séoul-Washington.

Le 30 mai, Moon a ordonné une enquête spéciale sur l’introduction secrète ou non divulguée de quatre véhicules lanceurs supplémentaires dans le pays dans le cadre du programme du déploiement sur le sol sud-coréen du système THAAD.

En tant que commandant en chef, il a indiqué qu'il était resté dans le noir lors du processus de déploiement, en particulier lorsqu’il s’agit des quatre véhicules lanceurs additionnels.

Depuis, toute l'attention des médias locaux s’est tournée vers le système THAAD. Le sujet domine les programmes diplomatique et de défense de Moon ces jours-ci.

Suite à une enquête d'une semaine, le bureau de Moon a annoncé que des officiels du ministère de la Défense ont dissimulé intentionnellement l'information dans le but d'éviter une évaluation de l'impact environnemental sur le site d’installation du système et accéléré le déploiement. Le THAAD sera le principal sujet qui sera abordé lors du sommet à venir entre Moon et Trump.

L'émissaire spécial du président Moon Jae-in pour les Etats-Unis, Hong Seok-hyun, pose pour une séance photos le mercredi 17 mai 2017 avec le président américain Donald Trump à la Maison-Blanche, après leur entretien. De gauche à droite : le conseiller à la sécurité nationale de la Maison-Blanche H.R. McMaster, Hong, Trump, l'ambassadeur sud-coréen aux Etats-Unis Ahn Ho-young et le vice-président américain Mike Pence. © Maison-Blanche
L'émissaire spécial du président Moon Jae-in pour les Etats-Unis, Hong Seok-hyun, pose pour une séance photos le mercredi 17 mai 2017 avec le président américain Donald Trump à la Maison-Blanche, après leur entretien. De gauche à droite : le conseiller à la sécurité nationale de la Maison-Blanche H.R. McMaster, Hong, Trump, l'ambassadeur sud-coréen aux Etats-Unis Ahn Ho-young et le vice-président américain Mike Pence. © Maison-Blanche

Les efforts du président sud-coréen pour améliorer les relations intercoréennes ont subi un départ houleux. Seulement cinq jours après son entrée en fonction, la voisine communiste a lancé un missile balistique de portée intermédiaire.

En dirigeant rapidement une réunion du Conseil de sécurité nationale (NSC), Moon a averti Pyongyang que son gouvernement traitera fermement toute provocation supplémentaire même s'il laisse la porte ouverte au dialogue.

L'administration Moon a adopté une approche «flexible» au plan humanitaire vis-à-vis du Nord et a approuvé des projets de plusieurs organisations non gouvernementales (ONG) d’entrer en contact avec le Nord. Pyongyang a rejeté les propositions, en demandant au Sud d'appliquer d'abord les déclarations des sommets intercoréens signées en 2000 et 2007 afin de promouvoir la coopération et la réconciliation bilatérales.

Une autre tâche urgente pour Moon sera d’achever la composition de ses équipes en charge de la diplomatie et de la sécurité.

rainmaker0220@yna.co.kr

(FIN)