SNS Share
Article View Option

2017/03/07 18:47 KST

(FOCUS) Le conflit autour du THAAD annonce une hausse des tensions en Asie du Nord-est

SEOUL, 07 mars (Yonhap) -- Le déploiement en Corée du Nord du système américain de défense antimissile THAAD annonce une redistribution géopolitique en Asie du Nord-est, dans laquelle une coopération renforcée entre Séoul, Washington et Tokyo sera face à une Chine de plus en plus assertive, ont estimé ce mardi plusieurs experts.

Les premiers éléments du système THAAD (Terminal High Altitude Area Defense) sont arrivés aujourd'hui en Corée du Sud. Le bouclier antimissile devrait être opérationnel début avril, selon Séoul et Washington, qui ont souligné son caractère défensif.

«Ce que la Chine conteste, en réalité, n'est pas le THAAD en lui-même. Elle sait que son déploiement ne changera pas grand chose en ce qui concerne les capacités militaires», a expliqué Choi Kang, vice-président de l'Institut Asan d’Études politiques. «Ce qu'ils contestent est la symbolique de ce déploiement, qui est des relations militaires entre la Corée du Sud, les États-Unis et le Japon qui seront renforcées.»

La Chine a accéléré ses mesures de représailles économiques contre les entreprises sud-coréennes à mesure que la venue du THAAD se concrétisait. Le groupe Lotte a été la principale cible de la colère de Pékin, ce dernier ayant fourni le terrain où seront installées les batteries antimissiles. Le ministère chinois du Tourisme a pratiquement interdit aux agences de voyages chinoises de vendre des circuits touristiques en Corée du Sud.

La Corée du Sud invoque son droit souverain à se protéger. Rien qu'en 2016, la Corée du Nord a mené deux essais nucléaires, a réussi à tirer, entre autres, un missile mer-sol balistique depuis un sous-marin et a effectué le mois dernier un tir d'essai de missile balistique de moyenne portée. L'ancien responsable du Département d’État américain en charge du nucléaire en Corée du Nord Robert Einhorn a déclaré que les capacités nucléaires et balistiques de Pyongyang ont fait d' «énormes progrès» dans une récente interview avec l'agence de presse Yonhap. «Cela leur permet de frapper en premier sans que nous ne puissions mener une attaque préventive», avait-il dit. Il avait estimé que la Corée du Nord détiendra bientôt des missiles balistiques à tête nucléaire.

«La Chine ne peut pas fermer les yeux (sur les agissements de la Corée du Nord), qui continue ses provocations militaires, à cause des dommages potentiels que cela causerait à son image sur la scène internationale et à cause d'autres facteurs», a ajouté Choi.

D'autres experts ont estimé que la prochaine tournée dans la région du secrétaire d’État américain Rex Tillerson et le prochain changement d'administration en Corée du Sud seront des moments critiques qui renseigneront la redistribution géopolitique dans la région.

mathieu@yna.co.kr

(FIN)