SNS Share
Article View Option

2017/02/17 10:54 KST

(FOCUS) L'étau se reserre autour de Park avec l'arrestation de l'héritier de Samsung

Le vice-président de Samsung Electronics Co., Lee Jae-yong, à son arrivée au centre de détention d'Uiwang le 16 février 2017
Le vice-président de Samsung Electronics Co., Lee Jae-yong, à son arrivée au centre de détention d'Uiwang le 16 février 2017

SEOUL, 17 fév. (Yonhap) -- La mise en détention provisoire ce matin du vice-président de Samsung Electronics Co., Lee Jae-yong, devrait accélérer l’investigation dirigée par le procureur indépendant Park Young-soo ayant la présidente Park Geun-hye dans sa ligne de mire.

Il s’agit de la première arrestation d’un patron de conglomérat depuis l’éclatement d’un retentissant scandale de corruption et de trafic d’influence autour de Park et de son amie de 40 ans, Choi Soon-sil.

L’équipe d’investigation indépendante a concentré son enquête sur les allégations selon lesquelles Lee aurait eu besoin du soutien du gouvernement pour assurer la succession au sein de son groupe, notamment lors de la fusion entre ses filiales Samsung C&T et Cheil Industries et lors de la vente d’actions pour résoudre la question de la participation croisée, en contrepartie de quoi il aurait versé des pots-de-vin colossaux à Park via Choi.

L’équipe d'enquête avait subi un revers après que la justice a rejeté sa première demande de mandat d’arrêt contre Lee le mois dernier. Le rejet semblait donner du poids à l’affirmation de la présidente selon laquelle le «scandale accablant semble avoir été prémédité».

Avec la délivrance du mandat d’arrêt contre Lee ce matin, l’équipe d’investigation indépendante n’a désormais plus qu'à mener qu’un interrogatoire de la présidente Park accusée d’avoir touché des pots-de-vin pour conclure son enquête.

La défense de Park, qui avait déclaré à plusieurs reprise son intention de se soumettre à l’interrogatoire, n’a toujours pas accepté l'interrogatoire en face à face alors qu’il ne reste plus que 10 jours avant la fin du mandat du procureur indépendant.

Dans un contexte où l’équipe d’investigation et la défense de Park n’arrivent pas à aplanir leurs divergences sur les modalités de l’interrogatoire, l’arrestation de Lee devrait envoyer un message fort.

L’interrogatoire en tête à tête de la présidente, s’il a lieu, abordera non seulement l’accusation de corruption mais aussi d’autres soupçons tels que l’établissement de la liste noire des personnalités du monde culturel critiques à l’égard du gouvernement et ses consultations avec du personnel médical extérieur à Cheong Wa Dae.

lsr@yna.co.kr

(FIN)