SNS Share
Article View Option

2017/02/15 14:33 KST

(FOCUS) Mort de Kim Jong-nam : effets néfastes attendus sur les relations intercoréennes

SEOUL, 15 fév. (Yonhap) -- L’assassinat de Kim Jong-nam, demi-frère du jeune leader nord-coréen Kim Jong-un, devrait avoir des effets néfastes sur les relations intercoréennes soumises à un gel total depuis quelques années en raison de la dégradation de l’image du pays ermite.

Etant donné que le régime nord-coréen est le suspect numéro un de ce meurtre rocambolesque à l’aéroport international de Kuala Lumpur, en Malaisie, à savoir que deux femmes nord-coréennes en fuite sont actuellement la cible de la police locale, la Corée du Nord et son leader Kim Jong-un verront leur notoriété basée sur le fanatisme et les atrocités se renforcer.

Une femme soupçonnée d'avoir tué Kim Jong-nam à l'aéroport de Kuala Lumpur, en Malaisie, le 13 février 2017. Images d'une caméra de surveillance de l'aéroport malaisien.
Une suspecte

Une femme soupçonnée d'avoir tué Kim Jong-nam à l'aéroport de Kuala Lumpur, en Malaisie, le 13 février 2017. Images d'une caméra de surveillance de l'aéroport malaisien.

Dans ce contexte, les personnalités formant le bloc de colombes du pays auront du mal à rechercher l’assouplissement des relations intercoréennes. Presque tous les experts de la Corée du Nord n’hésitent pas à dire que c’est un acte commis par des agents secrets de la Corée du Nord sur ordre de Kim Jong-un.

Chung Seong-chang, le chef du bureau de la stratégie de l’unification de l’institut Sejong, a analysé que «s’il n’y avait pas eu d’accord ni d’autorisation de Kim Jong-un, l’assassinat de Kim Jong-nam n’aurait pas eu lieu». «Si Kim Jong-un a réussi à éliminer sa bête noire, son isolement sur la scène internationale s’alourdira de plus en plus. Cet aspect négatif déstabilisera également la position politique du régime Kim Jong-un.»

La perception du peuple sud-coréen vis-à-vis de la Corée du Nord qui n’a cessé d’effectuer des essais nucléaires et balistiques s’aggravera encore avec cet assassinat de Kim Jong-nam et le dégoût du règne de la terreur du régime Kim Jong-un prendra plus d’ampleur au sein de la population sud-coréenne.

(Utilisation en Corée du Sud uniquement et redistribution interdite)
Tir de missile Pukguksong-2 effectué le 12 février 2017 en Corée du Nord

(Utilisation en Corée du Sud uniquement et redistribution interdite)

Un sondage effectué en mars 2016 a montré que 34,6% des Sud-Coréens considéraient la Corée du Nord comme un pays dangereux à surveiller tandis que 27,2% jugeaient que c’est un pays avec lequel il faut coopérer. C’est la première fois que la perception sur la Corée du Nord basculait vers un sentiment de vigilance et non de coopération.

Les deux essais nucléaires nord-coréens de l’année dernière, les tirs de missiles balistiques de portée intermédiaire (IRBM) puis l’assassinat de Kim Jong-nam ne feront que détériorer l’image de la Corée du Nord chez les Sud-Coréens. De plus, la Corée du Nord pourrait faire remonter les tensions militaires intercoréennes sous prétexte d’exercices militaires conjoints sud-coréano-américains, Key Resolve, qui commenceront le mois prochain. L’éventualité de provocations nord-coréennes augmentent d’ores et déjà.

jhoh@yna.co.kr

(FIN)