SNS Share
Article View Option

2017/01/20 14:00 KST

Ere Trump : l'économie sud-coréenne face à de grandes incertitudes

SEOUL, 20 jan. (Yonhap) -- Les dés seront jetés pour l’économie sud-coréenne avec l’investiture de Donald Trump à la présidence américaine ce vendredi (heure de Washington).

Le nouveau président républicain se démarque nettement de son prédécesseur démocrate Barack Obama non seulement dans les grandes lignes de sa politique mais aussi dans sa personnalité, avec un caractère beaucoup moins prévisible.

La prochaine transition du pouvoir aux Etats-Unis rend ainsi encore plus difficiles les prévisions rationnelles sur les politiques économiques américaines, intensifiant les incertitudes de leur grand partenaire commercial.

Au cours de sa campagne électorale, Trump a présenté des programmes bien différents de ceux du précédent locataire de la Maison-Blanche, comme le protectionnisme, l’accroissement des investissements dans les infrastructures, la désignation de la Chine comme un pays manipulateur de devises et une ligne beaucoup plus dure vis-à-vis de la Corée du Nord.

L’économie coréenne devra donc faire face aux grandes incertitudes non seulement sur le plan intérieur avec la possible destitution de la présidente Park Geun-hye mais aussi sur le plan extérieur.

Le nouveau président élu Donald Trump (Photo d'archives Yonhap=AP)
Le nouveau président élu Donald Trump (Photo d'archives Yonhap=AP)

◇ L'économie coréenne, victime possible du protectionnisme

C’est en effet le protectionnisme du programme de Trump qui nourrit principalement l’angoisse de la Corée du Sud. La campagne électorale du magnat de l’immobilier devenu homme politique laisse présager une guerre commerciale destinée à redresser la balance commerciale américaine. Le renforcement du protectionnisme de l’un des plus grands marchés au monde devrait refroidir les économies émergentes comme la Chine et porter un coup dur à l’économie coréenne, fortement dépendante des exportations.

Notamment, la Chine, le plus gros client de la Corée du Sud, se trouve désormais dans la ligne de mire des Etats-Unis. Selon la Banque de Corée (BOK), une baisse de 10% des exportations chinoises vers les Etats-Unis entraînerait un recul de 0,36% des exportations coréennes. La Corée du Sud a vu ses exportations se contracter pour la deuxième année consécutive en 2016 et s’emploie à les relancer cette année.

«La cible (du protectionnisme) de Trump semble être la Chine mais sa vraie victime pourrait être la Corée du Sud», a averti Kim Dong-won, professeur de l’université de Corée.

L’accord de libre-échange entre la Corée du Sud et les Etats-Unis (ALE KORUS) décrit par Trump comme un «tueur d’emplois» pourrait aussi faire l’objet de nouvelles négociations.

ⓒ Yonhap News TV
ⓒ Yonhap News TV

◇ Désignation possible comme un Etat manipulateur de devises

Trump a visé la Chine en s’engageant à désigner Pékin comme un manipulateur de devises mais la Corée du Sud pourrait recevoir des balles perdues durant le processus.

«Pour que les Etats-Unis désignent la Chine comme un Etat manipulateur de devises, ils doivent assouplir les normes existantes concernant la désignation ou mettre en place de nouvelles normes et dans les deux cas de figure, il est possible que la Corée soit désignée comme manipulatrice de devises», a averti Jeong Young-sik, chercheur de l’Institut coréen de politique économique internationale (KIEP).

De plus, un tel plan pourrait déclencher une guerre des changes entre les Etats-Unis et la Chine, qui pourrait par la suite se propager à l’échelle mondiale.

◇ Accélération de la hausse des taux d’intérêt aux Etats-Unis

Trump a promis de relancer l’économie américaine à travers une réduction des impôts, un assouplissement des régulations et 1.000 milliards de dollars d'investissements dans les infrastructures. Ces programmes pourraient améliorer la conjoncture économique américaine et ainsi faire augmenter les prix à la consommation, ce qui accélérerait le rythme de la hausse des taux d’intérêt directeurs de la Réserve fédérale américaine (Fed) qui a déjà annoncé son plan de procéder à environ trois relèvements de taux cette année.

«Trump préfère les faibles taux d’intérêt mais la Fed affiche son intention de continuer à augmenter les taux pour faire face aux politiques de relance du nouveau président élu», a noté Lee Geun-tae, analyste de l’Institut de recherche économique LG.

De telles hausses des taux aux Etats-Unis risqueraient de perturber les marchés financiers mondiaux, notamment avec les éventuelles sorties massives de capitaux dans les pays émergents, ce qui pourrait entraîner une nouvelle crise financière dont la Corée du Sud ne serait pas à l’abri.

(Photo d'archives Yonhap)
(Photo d'archives Yonhap)

◇ Risque lié à la Corée du Nord

L’Institut des affaires étrangères et de la sécurité nationale (IFANS) a prévu que la nouvelle administration américaine adoptera une position ferme vis-à-vis de la Corée du Nord mais pourrait aussi entamer un dialogue avec Pyongyang.

Si la Corée du Nord continue à procéder à des provocations comme de nouveaux tests nucléaires et balistiques après d’éventuels dialogues avec Washington, la péninsule coréenne se trouvera dans une situation encore moins prévisible. Un expert de l'institut a également noté que les relations entre la Corée du Nord et les Etats-Unis étaient dans un brouillard total avec de grandes incertitudes, en soulignant le caractère imprévisible de la situation.

Afin de dissiper ces incertitudes, le gouvernement multipliera ses contacts avec la nouvelle administration et le Congrès américain des Etats-Unis.

Concernant les questions liées aux échanges commerciaux bilatéraux, dont l’ALE KORUS, Séoul les aborderont à travers des canaux de coopération bilatérale comme le comité conjoint de l’ALE KORUS et des plates-formes multilatérales telles que le G20 et l’Organisation mondiale du commerce (OMC).

Pour prévenir les éventuelles répercussions des conflits commerciaux entre les Etats-Unis et la Chine, le gouvernement cherchera à renforcer la communication et la coopération avec ses deux plus grands partenaires commerciaux, tout en s'efforçant de diversifier ses marchés. Il compte aussi apporter à Washington des explications détaillées sur les grandes lignes de sa politique en matière de change.

«Le protectionnisme des Etats-Unis aura un effet négatif sur l’économie sud-coréenne dans l’immédiat mais la relance de l’économie américaine élargira les marchés des voitures, appareils électroménagers et autres biens de consommation et bénéficiera à terme à l’économie coréenne», a prévu le gouvernement.

lsr@yna.co.kr

(FIN)