SNS Share
Article View Option

2016/10/26 14:20 KST

(FOCUS) Régime de 1987 et ses 30 années : la Corée du Sud, une puissance dans les TIC

SEOUL, 26 oct. (Yonhap) -- Une chaîne de fabrication où travaillent des robots intelligents, une livraison assurée par un drone et une arrivée de l’homme en véhicule autonome. Un secrétaire vocal fournissant des informations sur le processus de fabrication, ce qui permet à l’homme de ne pas rester tout le temps à l’usine.

Tel est le paysage d’un futur très proche à l’ère de la quatrième révolution industrielle. Trente ans après le régime de 1987 qui a fondé la sixième République de Corée avec ses mouvements démocratiques, la Corée du Sud qui est devenue une puissance dans les technologies de l’information et de la communication (TIC) prépare ainsi un nouvel élan avec les industries innovantes.

▲ Elan vers la 4e révolution industrielle

Les TIC à la fin du XXe siècle ont permis à la Corée du Sud d’émerger comme un pays fort à l’ère de la troisième révolution industrielle et, aujourd’hui, elle se prépare à la quatrième révolution industrielle qui relie en temps réel l’homme, l’ordinateur et la machine. Le mécanisme appelé «cyber-physique» est le noyau de cette nouvelle ère.

La Corée du Sud, encore derrière les autres grandes puissances mondiales comme les Etats-Unis, l’Europe et le Japon, tente de se hisser sur cette ligne de concurrence internationale avec les stratégies de développement du gouvernement et des entreprises.

Les technologies de la quatrième révolution industrielle sont représentées par l’intelligence artificielle, le réseau de capteurs, le cloud computing (informatique en nuage), l’internet des objets (IdO), le véhicule autonome, le drone et l’impression 3D.

Le président du Réseau coréen de recherche pour l’économie créative (KCERN), Lee Min-hwa, a noté à ce propos que «la quatrième révolution industrielle consiste à réaliser l’optimisation du monde réel à travers une convergence de la réalité virtuelle».

▲ Emergence des technologies de l’IA

L’intelligence artificielle (IA) est une passerelle reliant l’homme et l’ordinateur. La société de conseil McKinsey a estimé que son effet sur la production industrielle s’élève à 6.700 milliards de dollars alors que l’entreprise informatique américaine IBM aurait une opportunité d’affaires de 2.000 milliards.

Le point culminant de cette technologie en application serait l’assistance vocale et Siri d’Apple est en avance devant Google Assistance, Alexa d’Amazon ou encore Kotana de Microsoft. Le géant électronique sud-coréen Samsung a racheté Viv Labs qui dispose de technologies essentielles dans la maison intelligente, l’IdO et l’IA. Mais l’écart technologique est assez large encore comparativement aux autres entreprises étrangères citées ci-dessus.

L’apprentissage automatique (machine learning en anglais) est une technologie de base de l’IA comme c’est le cas d’AlphaGo qui a battu le joueur professionnel sud-coréen de go cette année. Cette technologie permet à la machine de s’approcher à un niveau humain.

▲ Véhicule autonome, drone, impression 3D, RV/RA

Le véhicule autonome nécessite la combinaison de l’IA, de l’IdO, de l’informatique en nuage et de technologies automobiles. Toyota, BMW, Ford, Google, Uber et Baidu sont des entreprises avancées dans ce domaine alors que Hyundai Motor a lancé une conception de véhicule autonome mais son niveau reste encore assez reculé en raison des infrastructures industrielles peu favorables.

Quant au secteur des drones, la Chine et les Etats-Unis sont les pays en avance alors que Facebook et Google projettent de fournir un réseau Internet à travers des drones dans les régions les plus reculées au monde. La Corée du Sud a créé une zone ad hoc à Gwangyang, dans la province du Jeolla du Sud, mais il reste encore beaucoup de chemin à parcourir.

L’impression 3D est également un domaine prometteur dans le futur alors que cette nouvelle technologie n’a pas encore donné de souffle aux industries sud-coréennes même si cela révolutionnera la fabrication d’équipements médicaux sur mesure ou de machines.

Concernant la réalité virtuelle et la réalité augmentée, le gouvernement sud-coréen créera un fonds de 40 milliards de wons (environ 32,5 millions d’euros) d’ici l’année prochaine pour défier les géants mondiaux du secteur comme Facebook, Microsoft, Google et Sony.

▲ Des risques et des mesures face à la transformation sociale

La Corée du Sud à l’ère de la quatrième révolution industrielle se trouve encore derrière des pays avancés mais des experts émettent des réserves sur l’introduction et le développement des nouvelles technologies intelligentes à l’aveuglette. Ces technologies sont assez prometteuses mais il faut une sélection pour que cela soit efficace et permette de préparer l’éventuel changement de la société.

«Investir dans l’IA comme AlphaGo, ce qui est déjà fait par autrui, est trop tardif» étant donné le temps nécessaire pour atteindre le niveau actuel des autres et l’évolution que réaliseront les autres pendant ce temps-là, a noté Won Kwang-yeon, professeur à l’Institut des sciences et technologies avancées de Corée (KAIST).

Il est aussi important de voir et préparer des mesures appropriées face à l’éventuelle transformation de la société qu’entraînera l’introduction de ces nouvelles technologies ainsi que l’économie partagée représentée par le service de taxi Uber ou Airbnb pour le logement.

Ces nouveaux services et technologies comportent des avantages mais aussi des inconvénients et des effets négatifs à cause du manque de protection des utilisateurs. Ils créeront également des problématiques de concurrence injuste avec les autres services déjà existants comme les taxis et les hébergements traditionnels.

D’ailleurs, l’arrivée en masse de robots et machines intelligentes posera des problèmes pour l’emploi comme le dit Paek Chong-hyon, professeur honorifique du département de philosophie de l’université nationale de Séoul : «Le travail du robot libère l’homme mais il ne faudra pas que le robot bannisse l’homme (du lieu de travail).» Il faut donc plus de filets de sécurité et de protection sociale avant d’utiliser en masse ces technologies.

jhoh@yna.co.kr

(FIN)