> Gros Plan
2011/09/29 16:03 KST
Yeosu 2012 : le pavillon français dévoilé, «un voyage de cristaux de sel vers le dessalement»


ⓒD.P.J. & Partners, Ltd.
SEOUL, 29 sept. (Yonhap) -- A moins de sept mois avant l’ouverture de l’Exposition internationale de Yeosu 2012 (12 mai-12 août), la France a dévoilé hier la maquette de son pavillon à l’Institut de France en Corée du Sud avec la présence du commissaire général du pavillon français, José Frèches, de l’ambassadrice de France, Elisabeth Laurin, et de Kwon Young-dae du comité d’organisation : «Un voyage de Sogeumi (cristaux de sel) d’eau saline en eau douce.»

Malgré la crise de la dette en Europe et les risques de récession de l’économie américaine, 103 pays et huit organisations ont confirmé leur participation à l’exposition internationale hormis la Grèce, a fait savoir le directeur chargé des relations internationale du comité d’organisation de l’événement international, Kwon Young-dae. Il est estimé que l’exposition attirera huit millions de visiteurs et le pavillon de la France espère en accueillir au moins un million.

  
Un voyage merveilleux d’un personnage créé pour l’occasion, Sogeumi (incarnant des cristaux de sel), depuis les côtes françaises pour ensuite passer la procédure de dessalement avant d’être transformé en eau douce sera le concept de la présentation française à l’Exposition internationale de Yeosu 2012 : «Les grandes lignes du pavillon français, c’est le cadeau que la France veut faire à la Corée du Sud. Notre but c'est de faire plaisir aux visiteurs, leur donner envie de visiter la France», a dit José Frèches.

  
Autour du thème du dessalement de l’eau saline, les visiteurs découvriront les côtes de la France avec leur beauté ainsi que les technologies de pointe dont disposent la France dans le domaine : «Sogeumi commence sa vie au large de la France, il invitera les visiteurs à voir la beauté des côtes, le long de la Corse par exemple, et à visualiser les plus beaux paysages des côtes françaises. L'accès à l'eau potable est aussi un grand défi de l'humanité des 50 ans à venir et, ce que nous souhaitons, c'est de montrer la tradition de la France, l'image de la France comme pays des grandes technologies», a souligné le commissaire du pavillon français.

  
Pour ce pavillon «ludique et technologique», un concours a été organisé et c’est un architecte français résidant en Corée du Sud qui a remporté le projet de concevoir le pavillon, David-Pierre Jalicon. Ce dernier est à la tête d’un cabinet d’architectes et occupe également le poste de président de la Chambre de commerce et d’industrie franco-coréenne (FKCCI). Lors de la séance de présentation, il a expliqué : «Les étapes de dessalement sont un voyage merveilleux dans la technologie. La façade du pavillon représente l'enjeu pour la planète avec l’installation de sabliers de compte à rebours puisque l'eau potable risque d'être épuisé d'ici 2040.» ⓒD.P.J. & Partners, Ltd.
Le pavillon de la France sera composé de quatre espaces : la Salle des cristaux, le Sea Orbiter, la Membrane et le Jardin cellulaire. Ils illustreront le parcours du dessalement de l’eau saline. La particularité de ces espaces sera la combinaison entre les scénographies microscopique et graphique et la technologie robotique. Dans la Salle des cristaux, des poissons robots seront placés dans un aquarium et ils réagiront à la lumière, tandis que le deuxième espace, Sea Orbiter, une conception de Jacques Rougerie, sera «une balise géante habitée qui dérive afin d’étudier les fonds marins», d’après les explications de Jalicon.

  
Le troisième espace, sera une reconstitution du processus de transformation de Sogeumi lorsqu’il traverse les membranes de la machine de dessalement. Les visiteurs finiront leur visite dans le Jardin cellulaire où un robonoid conçu par le CNRS et l’INRIA, un robot souple comme le corps humain, animera la salle des cellules chlorophylles irriguée par l’eau potable : «Avec les chandeliers de fleurs, l'association des technologies, de la nature et des espaces formera les souvenirs de ce voyage afin de garder les meilleurs souvenirs de la France», a expliqué le concepteur des espaces.

  
Pour réaliser ce projet magnifique, qui représente également l’amitié entre la France et la Corée du Sud, l’Etat français a bloqué environ 7 millions d’euros et le soutien d’entreprises françaises est en cours de discussion, selon des propos recueillis en avril dernier de Frèches lors d’une visite en Corée pour la réunion des représentants des pays participant à l’exposition de Yeosu.Mascotte du Pavillon de la France à Yeosu, Sogeumi, ⓒCOFRES

Oh Jeong-hun
(FIN)