Agence de presse Yonhap Presidential Election 2017 (Agence de presse Yonhap) Go to Contents Go to Navigation

Actualités

(FOCUS) Le nouveau président Moon Jae-in face à des tâches économiques difficiles

송고시간2017/05/10 09:22

기사 본문 인쇄 및 글자 확대/축소

Le nouveau président Moon Jae-in
Le nouveau président Moon Jae-in

SEJONG, 10 mai (Yonhap) -- Bien que Moon Jae-in ait remporté une victoire écrasante lors de la 19e élection présidentielle ce mardi comme largement prévu, de nombreux défis ardus en Corée du Sud et à l'étranger attendent le nouveau président et son équipe en charge des décisions économiques, ont déclaré des experts.

Ils ont noté que la tâche la plus urgente est d’apporter une dynamique de croissance supplémentaire pour l'économie sud-coréenne, qui montre actuellement des signes clairs de reprise grâce à la hausse des exportations et investissements.

La quatrième économie d'Asie a vu ses expéditions vers l'étranger augmenter en avril de 24,2%, le rythme le plus élevé en sept ans. L'amélioration des exportations est grandement attribuée à la reprise de l'économie mondiale alors que le Fonds monétaire international (FMI) a estimé que l'économie mondiale progressera de 3,5% en 2017, en hausse par rapport à la prévision précédente de 3,4%.

Par conséquent, la Corée du Sud, dont la plupart des activités économiques dépend du commerce, a révisé à la hausse sa prévision de croissance des exportations pour 2017 de 2,9% jusqu'à 7%. En parallèle, les investissements dans les moyens de production ont été également importants récemment, grâce notamment aux fortes ventes de puces mémoire, alors que l'indice lié aux investissements dans les équipements a bondi de 22,8% en glissement annuel en mars.

Les think tanks locaux et internationaux et institutions privées ont révisé à la hausse leur prévision de croissance de la Corée du Sud pour 2017.

L'Institut coréen du développement (KDI) a changé sa prévision de croissance économique 2017 de 2,4% à 2,7%. L'Institut de recherche économique LG a fortement augmenté sa prédiction à 2,6%, après 2,2% initialement.

Le FMI s'est joint à la tendance haussière en augmentant ses perspectives de 0,1 point de pourcentage à 2,7% dans son dernier rapport économique du mois d'avril.

«Malgré la reprise économique modeste, les autorités budgétaires doivent jouer un rôle principal dans la stimulation de l'économie en faisant face aux éventuels risques intérieurs et extérieurs», a dit Kim Seong-tae, un chercheur de haut niveau au KDI.

«Le nouveau gouvernement devra adopter des politiques monétaires et budgétaires plus flexibles au cours des mois à venir.»

Des économistes ont indiqué que la consommation privée toujours faible pourrait peser lourdement sur l'économie en progression alors que des incertitudes politiques ont fait pression sur la confiance des consommateurs pendant des mois.

«La croissance des ventes au détail et la production dans les services sont restées faibles, tandis que la confiance des consommateurs a présenté une légère reprise», a indiqué un dernier rapport du KDI, en ajoutant qu’«une reprise solide n'est pas encore évidente».

Les ventes au détail du pays ont grimpé de 1,6% en mars, une légère hausse par rapport la progression de 0,5% du mois précédent, et la croissance ajustée des variations saisonnières est restée inchangée durant la période citée.

Le président Moon s'est engagé plus tôt à planifier un budget supplémentaire juste après son élection dans le but d'apporter un élan supplémentaire en plus du budget 2017 d'une valeur de 400.500 milliards de wons (354 milliards de dollars).

Certains ont appelé à un plan d'action plus agressif et global pour la création d'emplois dans une perspective à plus long terme alors que la consommation privée est étroitement liée au revenu stable des ménages.

Selon les engagements de campagne de Moon, il cherchera à créer plus de 800.000 emplois dans des domaines liés au secteur public dans le cadre des efforts visant à améliorer le marché de l'emploi pour les jeunes. Le taux de chômage chez les jeunes de 15 à 29 ans a été de 9,8% en 2016, beaucoup plus élevé que le taux de chômage global de 3,7%.

«Le nouveau gouvernement doit aider les gens à subvenir à leurs propres besoins», a indiqué Yun Chang-hyun, professeur à l'université nationale de Séoul. «Le secteur public peut embaucher des personnes à court terme. Mais à long terme, le gouvernement doit fournir de meilleurs avantages aux entreprises pour embaucher plus de personnes.»

Sur le plan extérieur, le protectionnisme venant des Etats-Unis est un des vents contraires les plus forts que le nouveau président devra combattre, ont dit les experts.

Washington a renforcé sa position contre le libre-échange alors que le président américain Donald Trump a retiré les Etats-Unis du Partenariat transpacifique (TPP) et renforcé les attaques contre l’Accord de libre-échange nord-américain (Alena).

Il a également ciblé la Corée du Sud en disant qu'il renégociera ou résiliera l'accord de libre-échange (ALE) passé avec Séoul, en le qualifiant d’«horrible» et en ajoutant que l'ALE bilatéral a causé un déficit commercial d'une valeur de 28 milliards de dollars à son pays.

«Le sujet commercial est très important pour la Corée du Sud. Nous devons éviter un conflit avec les Etats-Unis», a déclaré Yun. «Le nouveau président doit traiter les sujets liés au commerce et aux devises avec Washington.»

rainmaker0220@yna.co.kr

(FIN)