2017/11/13 18:18 KST

Article View Option

La Corée du Sud et l’UE doivent entamer des discussions en vue d’amender leur ALE, selon l’ECCK

SEOUL, 13 nov. (Yonhap) -- Le président de la Chambre de commerce européenne en Corée (ECCK) Christoph Heider a appelé ce lundi le gouvernement sud-coréen à négocier un amendement de l’accord de libre-échange (ALE) bilatéral afin d’assurer son caractère équitable vis-à-vis des entreprises européennes implantées en Corée du Sud.

Séoul et l’Union européenne avaient entrepris de telles discussions en 2015 mais aucun progrès n'a été réalisé depuis. «L’ECCK aimerait que le gouvernement sud-coréen et le gouvernement de l'Union européenne débutent des négociations sur une série d’amendements (de l’ALE Corée du Sud - UE)», a déclaré Heider au cours d’une conférence de presse.

L’ALE, qui est entré en vigueur en juillet 2011, nécessite d’être mis à jour vu les conséquences de la quatrième révolution industrielle, a estimé le président de l’ECCK.

Le but recherché est un environnement des affaires qui soit équitable et qui bénéficie à la fois aux entreprises sud-coréennes et étrangères, selon Heider, qui a tenu a noté que cela est déjà le cas avec le présent accord et qu’il n’est pas question de le renégocier, mais de parvenir à un meilleur accord pour les deux parties.

La Corée du Sud est le 9e partenaire commercial de l’Union européenne et l’UE est le troisième principal marché d’exportation pour la Corée du Sud, a fait savoir l’ECCK.

Les exportations de l’UE vers la Corée du Sud ont bondi de 59% entre 2010 et 2016, tandis que ses importations en provenance de Corée du Sud ont augmenté de 5%, permettant au bloc européen de passer d’un déficit commercial de 11,6 milliards d’euros à un excédent de 3,1 milliards d’euros au cours de la période, selon l’ECCK.

mathieu@yna.co.kr

(FIN)