2017/07/16 11:56 KST

Article View Option

Après la hausse du salaire minimum, le ministre des Finances promet des mesures pour les PME

Le vice-Premier ministre de l’Economie et le ministre de la Stratégie et des Finances, le dimanche 16 juillet 2017.
Kim Dong-yeon

Le vice-Premier ministre de l’Economie et le ministre de la Stratégie et des Finances, le dimanche 16 juillet 2017.

SEOUL, 16 juil. (Yonhap) -- Alors qu’une hausse relativement importante du salaire horaire minimum a été décidée hier soir pour l’année prochaine, le vice-Premier ministre de l’Economie et le ministre de la Stratégie et des Finances, Kim Dong-yeon, a assuré ce dimanche que le gouvernement prendrait bientôt des mesures pour aider les petites et moyennes entreprises (PME).

Le Conseil du salaire minimum, composé de représentants du gouvernement, du patronat et de syndicats sont convenus samedi d’augmenter le taux de base horaire à 7.530 wons (6,64 dollars) pour 2018, soit un bond de 16,4% par rapport à cette année. Il s’agit de la plus forte hausse depuis 2000 (+16,6%).

«La décision sera une énorme aide pour une croissance basée sur la consommation, mais elle pourrait être une grande charge pour les propriétaires des petites sociétés», a reconnu Kim lors d’une réunion des ministres concernés par les affaires économiques, la première du nouveau gouvernement.

La première réunion des ministres en charge des affaires économiques de l'administration Moon Jae-in se tient le dimanche 16 juillet 2017 au complexe gouvernemental à Séoul.
Réunion économique

La première réunion des ministres en charge des affaires économiques de l'administration Moon Jae-in se tient le dimanche 16 juillet 2017 au complexe gouvernemental à Séoul.

Aussitôt après l’annonce d’élever le salaire minimum, des associations patronales ont fait part de leurs inquiétudes en affirmant que cette augmentation nette pourrait avoir un impact brutal sur les activités des sociétés et la création d’emplois.

«C’est une décision ignorant les PME qui souffrent déjà de conditions économiques difficiles», a estimé un membre de la Fédération des employeurs coréens (KEF). «La hausse du salaire minimum n’a pas vraiment de conséquence directe sur les grands groupes industriels et cette augmentation rapide peut être perçue comme un signe que l’administration actuelle se rapproche plus des ouvriers.»

Cependant, même si une victoire est perçue pour la classe ouvrière, les organisations syndicales ont dit être déçus en arguant que le montant est encore loin des 10.000 wons qui avaient été initialement exigés pour une augmentation de 54,6%. La partie patronale avait proposé 6.625 wons, soit une progression de 2,4%.

Durant sa campagne électorale, le président Moon Jae-in avait promis de faire passer le salaire minimum à 10.000 wons par heure avant le terme de son mandat de cinq ans, en mai 2022.

xb@yna.co.kr

(FIN)